Article publié dans Le Parisien (France)

Michel, en Congé Solidaire®

Au Bénin pour former des couturiers, au Togo pour créer un site web, au Cambodge pour développer un projet d’écotourisme… Chaque année, ils sont plus de 600 voyageurs à profiter de leurs vacances pour partir en « congé solidaire », une formule proposée par l’association Planète Urgence.

Pendant deux semaines ou un mois, dans un pays en développement, ils vont donner un coup de pouce à un projet choisi selon leurs envies ou leurs compétences.  Mais nul besoin d’être un expert!

Michel, un habitant de Montrouge, employé de la Poste où il s’occupe de la rénovation des bureaux, vient ainsi de se transformer en naturaliste pour les besoins d’une mission au Cameroun.

Lutte contre le braconnage au Cameroun

Pendant 15 jours, il a arpenté les pistes du parc national de Campo Ma’an sur les pas d’animaux à faire rêver les amateurs de safari-photo : éléphants, buffles, gorilles, antilopes, pangolins… « Mais on a vu surtout leurs traces! » avoue en riant Michel, qui était chargé de faire du comptage écologique pour lutter contre le braconnage et aider au développement touristique du parc. Un vrai travail : « Repérer les signes, mesurer les distances, noter… On mettait 5 heures pour faire 2 km! »

Mais un voyage et des souvenirs à la pelle, qui l’émeuvent encore : magiques, comme « ces nuits passées sous la tente, à écouter le bruit de la forêt », parfois cocasses, comme la gastronomie très particulière du campement : « Les pâtes aux sardines à la tomate au petit-déjeuner, vous n’aurez jamais ça si vous y allez en touriste! » C’était sa deuxième mission avec Planète Urgence.

La première fois, en octobre 2008, il était parti au Bénin dans un village de brousse, Koussou Kouangou : « Avec une association locale. On aidait les habitants à monter une maison d’hôte pour les touristes, de quoi leur apporter des ressources complémentaires… Plus tard, quand j’ai vu apparaître le nom du village sur des sites Internet de tourisme, j’avoue que j’ai ressenti une petite fierté! » Depuis, le postier s’investit pour motiver ses collègues et ses amis. « Il ne faut pas avoir peur, tout est préparé, encadré! Et c’est une vraie ouverture d’esprit, ça permet de mieux connaître ces pays et les gens qui y vivent. On prend du recul par rapport à sa propre vie, on en retire tous quelque chose, autant les associations sur place que ceux qui partent! »


Helena Cardona : « Tout le monde a une compétence à partager »

Planète Urgence : malgré son nom, l’association ne s’occupe pas de crises humanitaires, plutôt de développement au long cours, en appui à des structures locales. « Tout le monde a une compétence à partager, explique Helena Cardonna, de Planète Urgence, et la principale qualification demandée, c’est la motivation! » Depuis sa création en 2000, l’association a déjà envoyé plus de 6000 personnes dans une trentaine de pays, dont la moitié avec le soutien de leur employeur. Actuellement, 90 entreprises participent au programme, comme la Poste qui finance chaque année les congés solidaires de 30 à 40 salariés. La première fois, Michel n’a eu à sa charge que les frais de visas et vaccins. La deuxième, en revanche, il est parti à son compte et a versé une participation de 560 €(après déduction de 66%, pour tout don à une association caritative).

 

Source : Le Parisien (France)

Date de publication : 25/11/2013

id :

md :

cpt :