Article publié dans La Nouvelle République (France)

Des vacances solidaires à livrer ses bonnes recettes

Salariée à la MAIF, Marie-France Martini consacre quinze jours de ses congés à une mission humanitaire au Bénin, où elle délivre des cours de cuisine.

Partager et transmettre ses compétences et ses connaissances pour renforcer l'autonomie des populations, et la protection de leur environnement, tel est le credo de l'association Planète Urgence. C'est avec cette ONG (organisation non gouvernementale), et dans le cadre de « congés solidaires », que Marie-France Martini, salariée de la MAIF, est actuellement et pour quinze jours à Cotonou, la capitale du Bénin. Elle a pour mission de former des jeunes femmes à la cuisine : « Des recettes simples et pas chères, autant que possible avec des ingrédients locaux, que je vais apprendre à cinq femmes de 20 à 40 ans », nous avait expliqué Marie-France Martini avant son départ. Elle est à pied d'œuvre depuis dimanche.

" Mieux vaut apporter un savoir-faire qu'un don "

« Je pars en vacances non pas avec un chapeau et des sandales, mais avec ma toque et mes fiches de cours que j'ai préparées depuis un mois… » Si Marie-France Martini a multiplié les voyages à travers le monde avec son mari, elle ne connaît pas encore l'Afrique. Et voilà un moment qu'elle souhaite s'y rendre pour y apporter son aide au travers d'une mission humanitaire : « Partenaire de cette ONG par le biais des congés solidaires, la MAIF où je travaille depuis plus de 30 ans comme employée de restauration, finance déplacements et hébergement de ses salariés qui partent en mission sur leurs temps de congés, explique Marie-France Martini. Ce qui me plaît avec cette association, c'est qu'elle propose d'apporter son savoir et non pas un don. J'ai eu une opportunité il y a deux ans de partir en mission au Pérou, mais il y avait beaucoup de demandes. Là, j'ai 15 jours pour réussir à former les stagiaires. »

À Cotonou, Marie-France Martini est reçue par les Sœurs Salésiennes, qui offrent à des personnes déscolarisées des formations professionnelles, en l'occurrence en cuisine. Plus de 140 jeunes sont ainsi formés chaque année. L'hygiène, l'abécédaire de la cuisine et ses ustensiles, la découpe des légumes, mais aussi quelques recettes de potages, d'entrées, de gâteaux et même de galettes bretonnes figurent dans les cours que la cuisinière niortaise a prévu de transmettre. « J'espère que cela leur restera, et qu'elles s'en serviront. »

 

Source : La Nouvelle République (France)

Date de publication : 20/11/2014

id :

md :

cpt :