Article publié dans Le Parisien (France)

Le Parisien : Engagement citoyen : Arthur, le pionnier du congé solidaire

Comme ce trentenaire qui est l'un des tout premiers à en bénéficier, on peut désormais poser une semaine par an, non rémunérée, afin de s'investir dans une association. Objectif : favoriser le bénévolat.

Tomber la veste et la cravate, Arthur le fait tous les soirs quand il rentre de son travail. Mais ce juriste en entreprise troque alors sa tenue de cadre contre un autre costume : celui de chef scout. Un vrai sacerdoce pour ce trentenaire de Senlis (Oise) qui consacre trois semaines de ses vacances et quasiment dix heures par mois à sa passion. Dix ans qu'il encadre des jeunes lors de camps d'été ou élabore des projets avec eux. Ce dévouement va désormais lui permettre de bénéficier d'un «congé engagement». Cette nouvelle mesure, imaginée par le gouvernement, permet aux salariés de prendre six jours par an (non indemnisés) pour se consacrer à leur activité de bénévole dans une association.

Deux à trois millions de personnes sont potentiellement concernées. A l'image d'Arthur, qui pourra ainsi poser six jours, en dehors de ses vacances, pour avancer sur ses missions de scoutisme. «J'y vois une forme de reconnaissance par l'Etat de mon engagement, du temps que je passe à faire grandir ces jeunes, aider une génération à être plus ouverte, plus humaine, moins renfermée sur elle-même, explique-t-il. C'est vital. Au fond, je reçois bien plus que ce que je donne.»

Des entreprises participent

Alors que la France compte 1,3 million d'associations dotées de 16 millions de membres, le gouvernement souhaite ainsi «créer une culture de l'engagement» dans le monde de l'entreprise. «Les associations contribuent à l'intérêt général, concourent au bien-vivre-ensemble et sont créatrices d'une richesse qui ne se calcule pas en euros mais en lien social, explique le ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, Patrick Kanner. Mais aujourd'hui, le bénévolat est de plus en plus porté par des retraités et c'est pourquoi nous souhaitons l'ouvrir davantage aux actifs.»

Certains n'ont pas attendu la promulgation d'une loi pour inciter les Français à prendre un congé solidaire. Depuis l'an 2000, l'association Planète Urgence propose pas moins de 300 missions à quiconque veut y consacrer du temps pendant ses vacances. 7 500 salariés ont déjà participé à des ateliers de langue française en Afrique ou ont réhabilité des logements en Haïti. 60 % de ces bénévoles ont bénéficié d'un soutien financier de leur entreprise.

«Comptable, informaticien, ouvrier... quel que soit son emploi, tout le monde a une compétence qui peut être utile à l'autre, souligne Muriel Roy, directrice des partenariats de Planète Urgence. Dernièrement, une secrétaire est partie former des jeunes femmes en réinsertion pour leur apprendre la mise en page de documents et la rédaction de CV. Elle est revenue hyper fière de cette mission et... d'elle-même.»

Correctif Planète Urgence :
Contrairement à ce qui est écrit dans le titre Arthur n'est pas un pionnier du Congé Solidaire® mais du Congé d'engagement proposé par le gouvernement et Planète Urgence ne propose aucun Congé Solidaire de type "chantier" en Haïti ou ailleurs.

 

Rédacteur : Frédéric Mouchon

Source : Le Parisien (France)

Date de publication : 07/03/2017

id :

md :

cpt :