Le Congé Solidaire, c'est quoi ?

Le Congé Solidaire vous permet d'agir à la demande d'une structure locale (associations, groupements de femmes, d'artisans, coopératives, réseaux éducatifs, partenaires scientifiques) dans le cadre d'une mission de courte durée (de 2 à 4 semaines). Cette mission se déroule après une formation de deux jours dans les locaux de Planète Urgence et d'une journée à distance et permet de partager et transmettre ses compétences et ses connaissances pour renforcer l'autonomie des populations ou la protection de leur environnement.

Pendant vos congés, vous pouvez partir en mission de solidarité internationale avec le financement de votre employeur ou grâce à un don personnel. Pour cela, Planète Urgence vous propose des missions gérées et encadrées par nos équipes. Sans être professionnel de l’humanitaire ou de l’aide au développement, chacun possède une compétence, un savoir faire professionnel ou personnel, potentiellement utile à autrui. Planète Urgence vous permet d’identifier les projets de développement et de protection de la nature qui ont besoin de vous pour avancer.

Attention, il ne s'agit ni de vacances utiles, ni de tourisme humanitaire, ni de mission d'exécution « à la place de » (chantier par exemple) mais de mission de solidarité internationale ou de protection de l'environnement particulièrement implicantes pour celles et ceux qui s'engagent. Contrairement à des vacances, on ne revient pas nécessairement « reposé » d'une mission de Congé Solidaire avec Planète Urgence !

Le volontaire Planète Urgence ne part pas en mission pour faire « à la place de » : il apporte, sur son temps libre, son concours et partage ses connaissances en faveur d'un projet porté et mis en œuvre par les populations du pays qui n'ont le plus souvent pas accès à la formation professionnelle ou pour lesquelles le coût d'une compétence extérieure d'appoint est trop élevé.

Le Congé Solidaire de 2000 à 2014 c'est :

  • 6 989 volontaires partis en mission dont la moitié avec le soutien de leur employeur.
  • 1062 projets soutenus dans 34 pays auprès de 372 partenaires locaux,
  • 572 partenaires qui ont financé au moins une mission de Congé Solidaire.
  • Un indice de satisfaction des volontaires1 de 4,7/5 en 2013

1 Cet indice est calculé sur la base des réponses apportées au rapport de mission par les volontaires au retour de mission à la question "niveau de satisfaction général".

Voir aussi :

Association Planète Urgence

Savoir être et principes d'intervention en mission

En missions de Congé Solidaire avec Planète Urgence vous ne partez pas vacances mais vous effectuez, sur votre temps libre, une mission de solidarité internationale avec une association française reconnue d'utilité publique (RUP) au service d'acteurs locaux du développement et de la protection de l'environnement.

Pour partir en mission et la mener au mieux, nous demandons aux volontaires Planète Urgence de respecter des principes d'intervention qui seront approfondis lors de leur formation de préparation au départ.

La charte du don : « La main qui donne est toujours au-dessus de celle qui reçoit. » (Amadou Hampâté Bâ)

« Donner des vêtements, de la nourriture, des médicaments sont des réflexes courants envers les plus démunis. D'autant plus quand on vit dans des pays riches où l'on a plus qu'il ne faut, et que l'on se sépare souvent d'objets dont on se dit qu'ils pourraient servir à d'autres. Malheureusement, tout n'est pas si simple dans ce domaine, et si le don semble la forme la plus naturelle de la solidarité, il n'est pas forcément la meilleure et il peut même quelquefois être la pire.

C'est un étonnant paradoxe, mais certains gestes de générosité peuvent en effet nuire à leurs bénéficiaires. Les dons peuvent être inappropriés, inadaptés, dangereux, polluants, destructeurs de l'économie locale, etc. Ils peuvent également créer des relations de pouvoir, générer des comportements d'assistés, augmenter les inégalités, alimenter les marchés noirs... Autant de choses auxquelles on ne pense pas forcément quand on vide ses placards, ses rayons ou ses entrepôts.

Le don de matériel est rarement une solution pour être solidaire de façon plus efficace et responsable. Et si l'on fait un don, il faut que ce soit un don réfléchi, basé sur une demande précise émanant du ou des bénéficiaires et non une opportunité de donner des choses dont on ne veut plus ou dont on ne sait plus quoi faire. »

(Source : Extrait du document « Donner pour agir ? » - novembre 2006 - Ritimo - Réseau d'information et de documentation pour le développement durable et la solidarité internationale)

Planète Urgence adhère à cette réflexion, c'est pourquoi nous vous demandons de respecter les mentions ci-dessous :

  • Dons strictement interdits : médicaments, lunettes, dons en argent, cadeaux aux partenaires et aux bénéficiaires, vêtements neufs ou usagés, vêtements et jouets pour bébé, chaussures, livres.
  • Dons autorisés : photos.

Les besoins matériels spécifiques doivent obligatoirement faire l'objet d'une validation de la part des responsables de programme Congé Solidaire.

Comme alternative aux collectes sauvages, nous vous proposons de collecter des fonds pour nos programmes Kits Scolaires ou Reforestation.

La sécurité en mission

Si les pays où nous intervenons ne connaissent pas de crise politique ou militaire majeure, ils sont généralement dits « en développement », autrement dit affectés par une grande pauvreté, des écarts de richesse importants, et un manque d'infrastructure et de redistribution. Ces pays peuvent connaître à ce titre un réseau routier dangereux, une délinquance mal maîtrisée et une justice manquant de moyens. Nous disposons pour chacun des pays où nous intervenons d'un état des lieux portant sur la sécurité sur place qui en décrit la nature et les principes de vigilance et règles de prudence. Nous exerçons une veille continuelle et sommes pour cela en lien régulier avec les autorités nationales et internationales dans le pays. Mais la sécurité est d'abord une question de comportement individuel respectueux de principes préalablement établis au service d'un projet collectif. Il ne saurait donc y avoir d'interprétation à géométrie variable de ces principes selon les individus ou les caractères propres à chacun.

Afin de partir en mission en parfaite connaissance de cause nous vous invitons donc à prendre connaissance de l'avis des autorités françaises pour chacun des pays où nous agissons ainsi que de nos propres analyses et principes de fonctionnement.

En savoir plus sur le contrat d'assurance en mission

Planète Urgence souscrit pour ses volontaires un contrat d'assistance rapatriement qui s'applique en cas de blessure ou de maladie grave, et en cas de décès. Pour être mis en œuvre ce contrat implique de demander au préalable l'accord de l'assureur. Une fois le dossier ouvert celui-ci prend en charge :

  • Les frais de transport (ambulance, avion,...) jusqu'à l'hôpital le plus proche du domicile du volontaire, en cas de maladie ou accident grave
  • La couverture complémentaire des frais engagés sur place (après remboursement par organismes sociaux dont bénéficie le volontaire)
  • Le rapatriement du corps en cas de décès du volontaire
  • Le retour anticipé : prise en charge du billet d'avion, en cas de décès d'un proche

L'assureur peut également faire une avance de fonds dans le cas d'une dépense imprévue découlant d'une grave difficulté. Télécharger les garanties de notre contrat EuropAssistance.

Les étapes préalables au départ en mission

Parmi les nombreuses possibilités de départs en mission offertes par Planète Urgence vous pouvez en pré-identifier jusqu'à trois, par ordre de préférence et d'intérêt, en fonction de vos compétences et de vos disponibilités. Vous préciserez ensuite le mode de financement envisagé :

  • Entreprise partenaire : votre entreprise finance votre mission et a passé une convention de partenariat avec Planète Urgence.
  • Non partenaire : votre entreprise finance votre mission sans avoir établi de convention avec Planète Urgence
  • Ou "individuel" : vous ou vos proches faîtes un don

Si vous avez prévu de partir en Congé Solidaire Individuel, vous recevrez un premier courriel de la responsable administrative, Myriam Merskar. Si vous avez coché la case « entreprise », c'est Mme Bénédicte Ayeh, du service des partenariats « Congé Solidaire » qui prendra contact avec vous. Mme Merskar ou Ayeh vous aideront à finaliser les modalités de financement de la mission. Elles vous informeront ensuite des étapes à valider pour confirmer votre engagement :

  • Envoi d'un CV et d'une lettre de motivation
  • Entretien (gratuit et confidentiel) avec un psychologue pour toutes les missions en faveur de la jeunesse

Cette première étape n'excèdera pas 10 jours. Dès réception des documents confirmant votre engagement, vous serez mis en relation avec le/la Responsable de la mission à Paris. C'est avec lui/elle que vous entrerez dans les détails des objectifs et activités à réaliser sur place et que vous calerez les dates de votre participation aux journées de formation pré-départ.

Validation de la mission, adresser CV et lettre de motivation : pourquoi, à qui ?

Votre CV et votre lettre de motivation nous permettent de mesurer l'adéquation entre la mission choisie et vos connaissances et compétences pour la réussir. Ils seront également adressés au partenaire local bénéficiaire de votre mission. C'est le partenaire bénéficiaire de la mission qui validera votre candidature ou demandera, le cas échéant, des précisions complémentaires.

Important : Hormis pour les missions en Haïti, nous ne sélectionnons pas les candidats au départ sur la base d'un entretien préalable. Cependant, nous nous assurons avec vous que vous avez bien choisi une mission où vos compétences et expériences personnelles ou professionnelles vous permettront de vous sentir à l'aise. Cette vérification est à la fois dans votre intérêt et dans celui des populations bénéficiaires qui vous accueillent.

La création de votre espace personnel

Une fois que votre dossier est enregistré, votre espace personnel est crée automatiquement sur notre site : vous y avez accès grâce à votre code personnel qui vous est adressé automatiquement, dès votre inscription. C'est dans cet espace personnel que votre dossier est mis à jour et que vous trouvez toutes informations administratives et documentaires utiles à la préparation de votre mission.

Les missions aux contacts d'enfants et d'adolescents

Pour les missions d'appui éducatif, d'animation autour du livre ou de conseil et d'encadrement en faveur de la jeunesse, un rendez-vous est pris entre le/la future volontaire et la psychologue de l'association Etap Paris psy par précaution pour l'enfant comme pour l'adulte. Au terme de l'entretien, la psychologue donne son accord, ou non, pour votre départ en mission sur ce thème d'intervention. Les informations échangées durant cet entretien demeurent strictement confidentielles : la psychologue étant tenue au secret professionnel, nous n'aurons pas connaissance des échanges (seul son avis final nous est finalement connu).

La formation de préparation au départ (PAD)

Pour vous préparer au mieux et vous permettre d'être opérationnel au plus vite, le départ en mission est précédé d'une formation pré-depart d'une durée de trois jours, dont une journée à distance et deux jours en nos locaux à Paris.

La date de votre formation au départ est décidée conjointement avec votre responsable de programme, en tenant compte tout à la fois de vos dates de départ en mission et des places encore disponibles lors des différentes sessions (pas plus de 35 personnes par formation).

La formation est obligatoire et a lieu à échéance régulière les jeudi et vendredi; elle est vivement préconisée au moins un mois avant le départ. A cette occasion vous pourrez rencontrez les personnes avec lesquelles vous partirez (dans la mesure des disponibilités de chacun).

Télécharger le tableau du « Qui fait quoi » pour les formalités préalables au départ

Le déroulement de la mission

Une fois sur place : encadrement et accompagnement de la mission

Une mission n'excède jamais quatre semaines d'affilée et la plupart d'entre elles sont d'une durée de 15 jours. Le dispositif d'encadrement et d'accompagnement de votre mission dans le pays varie sensiblement selon que nous avons sur place une délégation Planète Urgence ou un représentant local. A Paris, six responsables de programmes sont en charge des projets et des missions mis en œuvre dans chacun des pays d'intervention.

Dans certains pays le nombre de partenariats et de fiches projet est tel qu'il justifie la présence sur place à plein temps de collaborateurs de Planète Urgence. Ainsi, le/ la délégué(e) de notre association est en permanence présent sur le terrain, en charge de l'identification des partenariats et du suivi et de l'encadrement/évaluation des missions, comme des relations avec les autorités régionales, nationales et internationales. Le/la délégué(e) est généralement secondé par un ou plusieurs collaborateurs.

Dans les pays où le volume des missions est moindre, un de nos partenaires locaux assure la représentation de Planète Urgence.

A votre arrivée à l'aéroport vous êtes accueilli et transporté jusqu'au lieu de votre mission. Vous y recevrez un nouveau briefing sur les modalités de votre intervention en rencontrant le partenaire local bénéficiaire de votre mission. C'est également l'occasion de caler les derniers points pratiques en suspens, de faire connaissance avec chacun, de vous repérer dans cet environnement nouveau, de prendre connaissance de vos nouvelles conditions de vie.

Sur place, les conditions de logement peuvent varier d'une mission à l'autre : hôtel simple, chambres individuelles ou double, campement... Nos responsables de programme vous informeront en détails des modalités logistiques, n'hésitez pas à les questionner.

A tout moment vous pouvez joindre le/la délégué(e) Planète Urgence, ou le représentant de Planète Urgence dans le pays ou votre responsable de mission à Paris.

Sur le terrain, hormis vos dépenses personnelles, vous n'avez rien à débourser pour votre transport, logement ou nourriture.

Au retour en France

Résultats et évaluation de la mission : A la fin de votre séjour sur place, et en vue de permettre une évaluation des résultats et une bonne continuité de votre action le cas échéant par un prochain volontaire, vous procéderez à un débriefing avec le partenaire local bénéficiaire de votre mission. Par la suite vous devrez dés votre retour en France nous adresser votre rapport de fin de mission dans un délai maximum d'un mois. Le rapport de fin de mission nous permettra de tirer les conclusions objectives de votre intervention, de mesurer avec vous le degrés d'achèvement atteint, et par conséquent de briefer au mieux les volontaires qui prolongeront votre travail ou partiront sur des missions de même nature.

Votre mission est formellement terminée à la réception de votre rapport final d'activité.

Le programme d'accompagnement au retour (PAR)

Le but de cette journée est d'accompagner les volontaires qui le souhaite à leur retour de mission. Deux principaux objectifs sont visés à cette occasion :

  • Echanger sur le ressenti de la mission et explorer ses souhaits d'actions pour l'avenir (avec ou hors Planète Urgence). Parmi les orientations envisageables au sein de Planète Urgence, devenir Ambassadeur).
  • Dès votre retour, vous pourrez vous inscrire au PAR directement à partir de votre espace personnel.

Devenir Ambassadeur

Après avoir suivi la journée d'accompagnement au retour (PAR), les volontaires peuvent envisager de devenir Ambassadeurs...

L'équipe Congé Solidaire au siége

Louis Barda

Directeur du département Congé Solidaire

Hélène Leclercq

Responsable de Programme Congé Solidaire
Afrique Australe et Madagascar

Lucie Pendelièvre

Responsable de Programme Congé Solidaire
Amérique du Sud / Caraïbes / Pacifique et Cameroun

Anne-Sophie Pétri-Shrestha

Responsable de Programme Congé Solidaire
Asie

Le Chéquer Romain

Responsable de Programme
Congé Solidaire
Afrique de l'Ouest et Centrale

Maïmouna N'Diaye

Chargée de mission Congé Solidaire

Myriam Meskar

Assistante collecte - missions

   

L'équipe Congé Solidaire sur le terrain

Bénin / Daniel Chabi Boni

Délégué national

Bénin / Ouboulé Abalo

Chargé de programme bénévole

Bénin / Marcel Dossou Batcho

Chargé de programme

Bénin / Kassimou Abdoulaye

Secrétaire comptable

Cambodge / Matthieu Timmerman

Délégué national

Cameroun / René Noungang

Chargé de programme

France / Valérie Giordano

Coordinatrice des missions Méditerranée

Haïti / Philippe Petit

Délégué national

Haïti / Samuel Moktar

Administrateur général

Inde / Ashwini Jog

Déléguée nationale

Indonésie / Fabien Garnier

Délégué national

Madagascar / Tanina Baudrand-Ouadi

Déléguée nationale

Madagascar / Ialimandimby Rakotoarivelo

Chargée de mission Congé Solidaire

Népal / Perle Vincent

Déléguée nationale

Pérou / Déborah Hellequin

Déléguée nationale

Zambie / Agathe Nogueira

Représentante nationale