Témoignages et rapports de volontaires

Au retour de leur mission de Congé Solidaire, tous les volontaires remplissent un rapport de mission.Un indice de satisfaction des volontaires1 de 4,7/5 en 2016.

Servane est partie en Guadeloupe (Bouillante)
du 16/06/2018 au 30/06/2018 sur le projet n°1756 (Biodiversité)

Cette mission a été incroyable, sur tous les points de vue.
Les conditions de vie :
- la maison est grande, confortable, et bien équipée : moustiquaire dans les chambres, eau chaude dans la salle de bain, équipement de cuisine, salon, terrasse, ...
- les commerces (grandes surfaces) sont à 10mn à pied pour les grosses courses et des petits commerçants sont en bas de la rue pour compléter en cas de besoin

Les conditions de travail :
- la responsable de l'asso faisait en sorte de nous laisser du temps libre après chaque activité physique ;
- si nous avions une demi-nuit ou une nuit de surveillance pour les tortues, nous n'avions pas de sortie en mer le lendemain ;
- nous avions assez de temps pour la photo-identification ;
- nous avions du temps pour nous reposer ou profiter des activités (plage + 2 jours off)

Le relationnel avec :
- les personnes de l'association : très bon >> ils ont pris le temps de répondre à mes (nombreuses) questions et à satisfaire ma curiosité à chaque fois ; ils sont passionnés et ont su développer mon envie de travailler / de m'engager davantage dans la protection de la biodiversité
- les voisins / locaux : très bon >> toutes les personnes avec lesquelles nous avons pu discuter ont été très ouvertes et n'ont pas hésité à nous donner des idées de ce que nous pouvons faire pendant nos jours off, à nous donner des recettes locales pour que nous découvrions des choses, ce qui était très agréable! Les voisons ont également été très disponibles et nous ont prêté des choses (ex : barbecue) ou donné des fruits, par pure gentillesse, ce qui était vraiment appréciable !

Nous avons eu également beaucoup de chance car nous avons vu :
- dès notre première sortie en mer : des grands dauphins, assez rares, et des péponocéphales, que l'asso n'avait pas vus depuis 2 ans ;
- de nombreux bébés dauphins ;
- des mamans cachalots allaitant leur petit ;
- une tortue monter sur la plage en plein milieu de la nuit pour faire du repérage et essayer de pondre ;
- une tortue qui pond sur une plage!

Il n'y a pas eu de "vrai" imprévu étant donné que notre planning s'adaptait aux conditions météorologiques ; mais cela fait partie du charme de la mission :)

Thomas-charles est parti en Guadeloupe (Bouillante)
du 16/06/2018 au 30/06/2018 sur le projet n°1756 (Biodiversité)

Honnêtement je n'ai pas grand chose à ajouter si ce n'est que les conditions de vie et de travail étaient conformes à mes attentes.
Je venais avant tout chercher une expérience humaine et me cultiver sur les cétacés, chose faite.
Le relationnel avec évasion tropical, ses bénévoles, stagiaires était top.
Quelques contacts également avec des locaux qui furent agréables.
Relationnel un peu compliqué avec certains membres de la mission, avec qui j'ai pris du recul.
J'ai l'habitude de voyager, seul ou avec du monde, aller à la rencontre des habitants.
Il s'agit de la 1ère fois où le relationnel était compliqué avec de tiers personnes lors de mes déplacements.

Julien est parti en Guadeloupe (Bouillante)
du 16/06/2018 au 30/06/2018 sur le projet n°1756 (Biodiversité)

Cette mission s'est très bien passée et a été une expérience mémorable pour moi.

Nous sommes arrivés le samedi et avons été accueilli à Bouillante par la propriétaire de notre maison ainsi que par la responsable de l'association. Cette maison, typique de la Guadeloupe, possédait tout ce dont nous avions besoin durant ces 15 jours. Nos voisins ont été très présents pour nous et nous offraient notamment des fruits de leur jardin. Nous étions 6 dans cette maison qui comprenait 4 chambres. La cohabitation s'est bien déroulée. Nous avions tout sur place: commerces et local de l'association à moins de 15min à pied; budget satisfaisant pour 15 jours.

Concernant les conditions de travail,
La responsable de l'association nous a brieffé dès le début sur les tâches que nous effectuerons. Nous avons essayé d'effectuer un planning mais il a été difficile de le suivre du fait des divers aléas. La responsable de l'association nous prevenait à l'avance de notre activité du jour afin que nous puissions nous organiser. Après chaque activité, nous avions du temps de repos. Par exemple, lorsque nous faisions les nuitées tortues, nous avions une bonne partie de la journée du lendemain pour nous reposer.
Nous avons également pu prendre du temps afin de profiter des lieux et notamment de la plage et des environs lors de nos 2 jours off.

Concernant le relationnel,
les responsables de l'association ont été très agréables et ont pris du temps pour nous expliquer énormément de choses. Ils ont toujours été agréables et souriants. Ils partagent leur passion.

Au final, nous avons pu observer:
- 3 espèces de dauphins
- des cachalots
- des espèces d'oiseaux
- une tortue imbriquée pondre au beau matin après une dure nuit de veille
- une tortue capricieuse monter à plusieurs reprise sur la plage la nuit, et ne pas trouver son lieu idéal de ponte.
- des tortues imbriquées et vertes en mer.

Pauline est partie en Équateur (Loreto)
du 03/06/2018 au 17/06/2018 sur le projet n°2025 (Biodiversité)

Arrivée dimanche après midi à Quito, on attend les autres volontaires qui arrivent un peu plus tard et on rejoint le van qui nous mène à l'auberge. Thierry nous y rejoint. On essaye les bottes pour le lendemain. Apporter des chaussures de randos est inutile car les trecks se font en bottes (à cause de la boue et pour se protéger d'éventuelles morsures). Il est aussi inutile de porter ses propres bottes, Thierry les fournit.

Le lundi, trajet Quito / campement. On va à Loreto avec le van de la veille, puis taxi 4x4 et on finit à pied.

Le mardi, on fait une réunion avec Thierry qui nous explique le projet, ce qu'il attend de nous, etc. L'après midi, on fait notre première sortie dans la forêt.

Les autres jours s'enchaînent comme décrit ci-dessus. Les trecks sont assez longs mais le ryhtme n'est pas trop rapide donc il n'y a pas de difficulté particulière (c'était ma grande crainte du départ, moi qui ne suis pas une grande sportive mais ayant quand même l'habitude des randonnées).
Les conditions sur le camp sont très correctes. Chacun sa tente, il y a 2 douches, certes froides mais vu le climat et les températures extérieures, on ne se rend (presque) pas compte qu'elle est froide.
Le repas est fait par le guide, aidé de Thierry et des volontaires. C'était excellent, en grandes quantités, on ne meurt pas de faim au Rio Bigal !

Le jeudi de la 2ième semaine, on commence à défaire le camp et tout remettre dans nos sacs. En fonction de la météo (surtout de la pluie), soit on fait une mini sortie, soit on se repose sur le camp. Puis réunion de fin de mission pour avoir les ressentis de chacun sur cette expérience.
Départ pour Quito le vendredi. Le trajet entre Loreto et Quito se fait avec un bus de ligne cette fois. On arrive à Quito dans l'après midi.
Samedi, on visite Quito.
Dimanche matin, certains volontaires ont fait un dernier tour dans Quito, puis on est tous partis à l'aéroport.
Fin de l'aventure...

Le truc le plus compliqué pour moi avant de partir à été de faire ma valise, en ayant le maximum de choses utiles qui prennent le minimum de place. Verdict :
- poncho : obligatoire je dirai ! Thierry nous a dit "ici s'il ne pleut pas pendant 2 ou 3 jours, on s'inquiète". Un k-way ne suffit pas à affronter le déluge amazonien !
- chaussures de rando : inutiles (voir plus haut)
- chaussures sur le camp : j'avais pris des baskets et des tongs (pour la douche), c'était bien
- chaussettes : une paire par jour
- pantalons : longs ! Quant au nombre, tout dépend de sa capacité à marcher dans la boue sans trop se salir. Le taux d'humidité fait qu'un pantalon sèche en 3 jours environ après l'avoir lavé... Une bonne idée est d'avoir une "tenue d'intérieur" (pantalon léger + haut + veste si frileux) que l'on porte uniquement sur le camp.
- hauts : les manches longues servent à se protéger des moustiques. Mais le climat fait qu'en tee-shirt on n'a pas froid. Dans l'idéal, 1 par jour mais il faut avoir la place de les transporter, sinon, il faut bien gérer les lessives !
- polaires / hauts chauds : pas besoin d'en prendre plein, 1 suffit pour se couvrir le soir
- jumelles : obligatoires je dirai aussi ! Sans, on ne voit pas très bien les singes notamment.
- moustiquaire : inutile, les tentes en ont une intégrée
- Quito : prévoir une tenue propre pour Quito et le retour (la même que l'aller ?!) -> après 2 semaines dans l'humidité de la forêt, vos voisins d'avion vous remercieront d'avoir gardé des habits propres !
- batteries : il y a un générateur mais on ne l'a jamais fait fonctionner. Chacun avait son stock de batteries ou sinon des powerbanks pour les téléphones. On fait moins de photos dans la forêt que lors de vacances "ordinaires"
- lessive : contrairement aux informations données, il n'est pas toujours possible de donner son linge à laver pendant la mission

Marvin Florian Mathurin est parti Grèce (Mer Méditerranée, Mer Ionienne & Mer Egée)
du 03/06/2018 au 17/06/2018 sur le projet n°2023 (Biodiversité)

Ce congé solidaire a été une expérience formidable pour moi d'un point de vue personnel, cependant, j'aimerai un suivi sur le résultat des analyses afin d'en ressentir le but à long terme car l'impact d'une mission me semble assez limité au final.

Valérie est partie Grèce (Mer Méditerranée, Mer Ionienne & Mer Egée)
du 03/06/2018 au 17/06/2018 sur le projet n°2023 (Biodiversité)

Cette mission a été une vraie découverte très enrichissante pour moi.

Découverte d'une méthodologie scientifique , organisée et structurée qui permet d'alimenter en données , sur du long terme des chercheurs qui s’intéressent au phénomène des microplastiques et à leur impact sur l'environnement .

Découverte de la vie à bord d'un voilier 24h/24h : gestion de la ressource "eau douce", le vocabulaire spécifique de la voile, les moments d'émerveillement lorsqu'on croise dauphin ou tortue en navigation où au mouillage.

Découverte des fonds marins inconnus , la "plongée exploration" prend tout son sens et sans stress du fait du professionnalisme et des années d'expérience de Franck sur ce type de plongée . En plus, j'ai eu la chance de voir une tortue Caouanne en plongée ainsi que des vers de feux, espèces que je n'avais encore jamais vu en Méditerranée .

Laurence est partie en Guadeloupe (Bouillante)
du 02/06/2018 au 16/06/2018 sur le projet n°1756 (Biodiversité)

J'ai trouvé que cette mission était assez physique. C'est un point à souligner avant le départ. Nous faisions entre 8 et 10 km à pied par jour, ceci couplé à la chaleur, aux nuits pas toujours complètes, au dénivelé (un exemple pour se rendre à la plage de Machette pour vérifier les traces : 5.9 km et 47 étages montés affichés sur l'Iphone). De même à souligner un passage par très facile à faire entre 2 plages sur des rochers.

Pour ma part, cela m'a vraiment plus et j'ai apprécié de constater que je tenais facilement le rythme.

Nos contacts chez Evasion Tropicale étaient très sympathiques et très professionnels. Des passionnés !

L'équipe de volontaires était vraiment sympathique malgré des ages et des personnalités totalement différentes. Nous avions parfaitement gérer les repas et la maîtrise du budget alloué. tout c'est passé dans la fluidité et la convivialité.

la maison est rustique, mais la terrasse /patio est assez aérée et agréable. Pour les chambres, c’était soit le chant des coqs non stop ou bien une chambre sans fenêtre extrêmement étouffante (mais cela fait partie intégrante de ce type d'aventure).

Léna est partie en Guadeloupe (Bouillante)
du 02/06/2018 au 16/06/2018 sur le projet n°1756 (Biodiversité)

1 Une des questions du rapport de mission demande au volontaire un "niveau de satisfaction général" sur sa mission de Congé Solidaire. A partir des réponses à cette question fermée à laquelle le volontaire peut répondre par passable, satisafaisante ou excellente, nous calculons cet indice de satisfaction.

id :

md :

cpt :