Témoignages et rapports de volontaires

Au retour de leur mission de Congé Solidaire, tous les volontaires remplissent un rapport de mission.Un indice de satisfaction des volontaires1 de 4,7/5 en 2016.

Valérie est partie à  Madagascar (Analalava, Nord-ouest De Madagascar.)
du 02/11/2017 au 20/11/2017 sur le projet n°1250 (Education)

C'était mon premier voyage à Madagascar ainsi que ma première mission. Cela a été ponctué de nombreux faits marquants.
- La montée du drapeau le lundi matin avec les enfants en uniforme qui chantent en choeur l'hymne national.
- L'enthousiasme des enfants à apprendre et leur joie à participer aux activités.
- La gentillesse et la serviabilité des enfants pour distribuer et ranger le matériel ainsi que pour nettoyer la classe, aller chercher de l'eau, effacer le tableau et fermer la classe le midi et le soir.
- La présence et l'accompagnement des membres de l'association partenaire (Patrick et Josselin), la directrice Chadiat et les 3 institutrices de CE : Jocelyne, Juliana et Sabine.
- La localisation d'Analalava : aussi loin de la capitale que paisible. Nous avons pu découvrir sa plage et ses environs après l'école et pendant le WE intermédiaire.
- L'anniversaire de ma fille a eu lieu pendant la mission. Les élèves ont chanté "Joyeux anniversaire" et j'ai pu rapporter l'enregistrement : Moment d'émotion pour ma fille...
- Sans oublier les échanges autant utiles qu'agréables avec Pauline et Catherine, les 2 autres volontaires , le soir et à tout moment de la journée.
- J'avais contacté avant ma mission 2 institutrices qui avaient été les enseignantes de mes enfants. Elles ont fait un travail sur Madagascar avec leurs classes et j'ai emporté les dessins des 2 classes pendant ma mission. J'ai travaillé avec mes élèves sur les différents thèmes de ces dessins : l'école, la classe, le matériel scolaire, les monuments de Paris, le zoo... J'ai laissé ces dessins aux institutrices pour la décoration des classes . J'ai rapporté en France les dessins des enfants malgaches que j'ai donnés aux élèves français après une projection diapos de ma mission. Ce fut un formidable échange !

Marc est parti au Bénin (Covè)
du 05/11/2017 au 19/11/2017 sur le projet n°1557 (Langue)

Très bon accueil des bénéficiaires, des encadrants de l'association et du centre d'insertion social, ainsi que des représentants de Planète Urgence. D'ailleurs, très bon accueil des Béninois en général.
Ouverture d'esprit et curiosité. Je me suis toujours senti en totale sécurité et légitime à ma place.

Je n'ai pas éprouvé de gêne vis-à-vis du handicap.
Présence à un entrainement de basket handisport à Cotonou et échanges avec les joueurs très appréciés.


Pascal est parti à  Madagascar (Majunga)
du 04/11/2017 au 19/11/2017 sur le projet n°2102 (Langue)

Cette mission était ma seconde avec Planète Urgence et ma quatrième intervention à MADAGASCAR pour des cours élémentaires de français. Encore de grands moments! J'aime ce pays et sa population. Je n'ai pas vu passer ces 2 semaines, j'ai le sentiment que tout a été très facile, tant pour la mission en elle-même que pour le quotidien! L'objectif de la mission est simple, tout s'est bien déroulé, facilité par l'accueil, l'enthousiasme et la motivation de l'équipe qui m'a reçu et des enfants, aussi intéressés que dynamiques. Une fois de plus, j'ai retrouvé des élèves attentifs et disciplinés qui ne demandent qu' à apprendre et à participer. J'ai pu travailler dans de bonnes conditions dans un climat de confiance et de coopération avec l'équipe du centre et Marina, ma "collègue" volontaire. Côté classe, les enfants ont beaucoup travaillé, je les voyais très volontaires, alors j'ai pu les tester et finalement leur demander beaucoup de concentration, à leur niveau bien sûr, et tout cela s'est avéré très payant puisqu'ils retenaient les leçons ! J'étais content qu'ils me remercient le dernier jour!
Le quotidien s'est très bien passé aussi. Je suis arrivé le dimanche soir à Majunga pour commencer les cours le lendemain...en avant!! L'hôtel était confortable et les employés sympas. J'étais seul la première semaine, j'ai pu faire quelques repérages: restos, petit marché du coin, commerces...pour tout faire découvrir à Marina qui est arrivée le dimanche suivant. Nous nous sommes très bien entendus, nous partageons les mêmes idées, c'est essentiel pour un binôme! Nous avons pu prendre nos repas ensemble, découvrir la ville et parler de nos missions distinctes, nos méthodes de travail, partager les séances vidéos...une belle équipe!! Bravo Marina.
La logistique a été, aussi, très efficace: l'accueil à la maison des volontaires, l'assistance par téléphone, les différents aller-retour en taxi, 4x4 ou "touc-touc".

Je remercie toutes les équipes que j'ai pu croiser à MADAGASCAR durant ma mission, l'équipe de P.U à MONTREUIL pour leur compétence et leur disponibilité et un grand merci à Marina.

Sissi est partie au Sénégal (Malika (pikine, Dakar))
du 04/11/2017 au 18/11/2017 sur le projet n°1544 (Comptabilité et Gestion)

J'avais beaucoup d'appréhension avant le départ car je n'avais jamais été en Afrique Noire et je n'avais jamais donné de formation à un groupe d'adultes. Pour préparer au mieux la mission, j'avais contacté les anciens volontaires, ça m'a rassuré et motivé encore plus!

Pour le premier jour, Fatoumata vient me chercher bien que l'association se trouve à 5 min à pied de la maison.
Les participants arrivent au compte goutte et le premier cours démarre à 9h30. Je commence avec des ice breakers et j'essaie d'en savoir un peu plus sur chaque participant. On définit les objectifs des deux semaines ensemble aussi.
L'après-midi, le prépare le cours du lendemain dans les bureaux d'Alphadev. On déjeune vers 15h avec les collègues (petit choc culturel en arrivant)
Le soir, je dine avec la famille de Camara. C'est une famille très accuillante et les enfants sont adorables. Je conseille de prendre des bons livres à lire ou des films car les soirées peuvent être un peu longues (il n'y a pas grand chose à faire à Malika à part aller à la plage ou faire une balade dans les champs)
La première semaine se passe très bien, je prends goût à faire les cours, donner les cours etc Les collègues sont intéressés aussi et m'intègrent très vite.
Pendant les journées libres (week-end et jour férié le mercredi), j'ai l'occasion d'aller au lac rose, l'île de gorée et de faire la réserve de bandia.

La deuxième semaine se passe très bien aussi, l'ambiance est encore plus convivial/familiale avec les participants. On rigole pendant les pauses, on se découvre tous les jours un peu plus (un des participants voulaient m'inviter à son mariage!). Pendant les après-midis, j'ai eu l'occasion de parler avec les collègues d'Alphadev afin de mieux me rendre compte de différents aspects culturels tels que la religion, la polygamie etc

J'ai été agréablement surprise par les Sénégalais qui sont très accueillants et bienveillants.
Je m'attendais à un plus gros choc culturel mais le contact s'est établi naturellement et je me suis très vite sentie comme chez moi. En bref, une expérience très enrichissante que je n'oublierai pas!

Sissi





Celine est partie à  Madagascar (Parc National D'isalo)
du 27/10/2017 au 13/11/2017 sur le projet n°1515 (Santé)

Nous avons bénéficié d'un très bon accueil de la part d'Yves, notre correspondant à Ranohira ainsi que de la part d'Eric, son jeune stagiaire. Ils se sont montrés disponibles tout au long de notre séjour , même pendant le weekend intermédiaire. Ils ont pris le temps de nous faire visiter la ville, nous avons pu rencontrer le maire du village, aller rencontrer les infirmiers du centre de soins du village et visiter l’hôpital de la ville....
Je remercie également tout le personnel de MNP et les guides du parc pour leur gentillesse, leur sourire au quotidien. Les participants ont toujours montré de l’intérêt , de l'assiduité et de la bonne humeur pendant ces 15 jours de formation. Nous avons partagé beaucoup de rire à l'occasion de la pratique des cas concrets.


Pendant notre séjour, il y a eu le feu au sein du parc qui, de fait, a mis en suspend la formation pendant deux jours. Tout le personnel ainsi que les villageois ont combattu le feu jour et nuit pendant 3 jours. Les femmes, quand à elles préparaient les repas jour et nuit également pour soutenir les hommes qui combattaient le feu.
Malgré la fatigue accumulée, tout le monde était présent pour les 2 jours de formation restante.

Frederic est parti en Équateur (Loreto)
du 29/10/2017 au 12/11/2017 sur le projet n°2025 (Biodiversité)

Il me semble que c'est un des rares endroits où des gens d'origines tellement différentes peuvent aussi bien s'entendre. Il y a un respect mutuel et une entre-aide naturelle.

L'environnement inspire à la sérennité. La gentillesse de Roberto et Nancy n'y sont pas pour rien non plus.

Sans oublier Thierry qui, en plus du reste, avait la lourde charge de gérer (prévoir et plannifier) la nourriture pour 15 jours pour toute une équipe en sachant que s'il se trompait nous ne mangions pas. Bravo

Un mots aussi pour Marion qui nous a supper bien acceuillie à Quito au retour de mission pour nous faire visiter la ville et nous accompagner également dans les marchés pour faire quelques achats.

Une admiration pour les volontaires filles qui ont suivi un rythme parfois assez soutenu dans la boue pendant des heures et des heures sans jamais se plaindre. Super équipe

Elodie est partie au Bénin (Ahowégodo, Dans La Commune Abomey-calavi)
du 29/10/2017 au 12/11/2017 sur le projet n°2039 (Education)

Changement de programme, on ne part plus à Madagascar à cause d'une épidémie de peste.
Mon amie décide finalement de partir au Pérou pour une formation adulte. Je décide de partir au Bénin pour du soutien scolaire comme prévu à Madagascar.

Arrivée au village, changement de décor ! Je suis exactement là où je voulais et où je devais être.

C'est la pause de midi à l'école, je retrouve les 2 autres volontaires Michèle et Mylène déjà là depuis 1 semaine.

1er contact avec les filles, un des directeur de l'école, quelque maîtres et Astrid et Constant de Ecole de Solidarité. J'écoute les discutions, je m'imprègne... Mais j'ai surtout envie de voir où je vais habiter, rencontrer la famille, puis connaître mes élèves.

Il fait chaud, entre nous je n'ai jamais autant transpirée ! Une bonne douche au seau, rien de tel !

La vie au village n'a été que du bonheur, il n'y a pas grand chose mais en fait, on n'a besoin de si peu. La famille a toujours été là pour nous, les gens nous saluaient tout le temps, les enfants jouaient avec nous (j'ai quand même du en effrayer un ou deux qui n'avaient jamais vu de "blanche").

Le weekend entre les 2 semaines a été très bien organisé malgré un petit imprévu pour moi... Un accident de voiture (plus de peur que de mal, aucun blessé) sur le chemin du retour au village qui m'a valu une fin de journée à la gendarmerie, une audition et une nuit chez Astrid pour enfin retourner au village et retrouver les enfant à l'école le lundi après midi.
Merci à Astrid de m'avoir hébergée pour la nuit, merci à Simplice de m'avoir raccompagnée au village , Merci à Hélène et Constant d'avoir été disponibles et de m'avoir rassurée. Et surtout merci à Constant (le chauffeur) pour tous ces fous rires !

La deuxième semaine j'étais la seule volontaire au village et je me sentais "presque" comme chez moi. J'avais tous mes repères, je préparais mes cours et les cahier le soir après dîner, j'avais plein d'idées.

Et voilà que cela fait déjà 2 semaines et qu'il faut partir.

En conclusion, a little bit longer...

Stephanie est partie en Équateur (Loreto)
du 29/10/2017 au 12/11/2017 sur le projet n°2025 (Biodiversité)

Même si les conditions de vie dans la réserve sont rudimentaires, rien ne m'a manqué. J'ai trouvé intéressant de vivre durant une dizaine de jours sans eau courante, sans électricité et sans accès à des moyens de communication. Même si cela fait partie de notre quotidien en France, je me suis aperçue que cela ne m'avait pas du tout manqué durant la mission, on apprend à vivre avec plus de simplicité.

Les marches peuvent parfois sembler longues lorsque l'on ne voit ni empruntes, ni singes, mais quel plaisir après plusieurs heures de marche de découvrir des singes laineux et de les observer longuement. Lors des ces observations des jumelles peuvent être utiles.

Les échanges avec Roberto et Thierry étaient très riches. Ils ont, l'un et l'autre, à cœur de nous transmettre leurs connaissances sur la forêt amazonienne.

L'entente avec les autres volontaires a été excellente malgré que nous soyons tous différents. Il y a eu beaucoup de respect et de bienveillance entre nous, ce qui a encore ajouté à la richesse de cette mission.

1 Une des questions du rapport de mission demande au volontaire un "niveau de satisfaction général" sur sa mission de Congé Solidaire. A partir des réponses à cette question fermée à laquelle le volontaire peut répondre par passable, satisafaisante ou excellente, nous calculons cet indice de satisfaction.

id :

md :

cpt :