Témoignages et rapports de volontaires

Au retour de leur mission de Congé Solidaire, tous les volontaires remplissent un rapport de mission.Un indice de satisfaction des volontaires1 de 4,7/5 en 2016.

Elodie est partie Grèce (Mer Méditerranée, Mer Ionienne & Mer Egée)
du 05/07/2018 au 18/07/2018 sur le projet n°2023 (Biodiversité)

L'experience de vivre pendant 2 semaines sur un bateau est une expérience inoubliable et peu commune
C'est l'occasion de vivre avec soi-même , au calme , avec sérénité, ce qui nous ait rarement offert dans nos vies citadines modernes
Franck a un savoir-faire et une expérience de vie hors pair,
A noter qu'il est parfois solitaire ( je précise que j'ai fait la mission seule avec lui et que j'aurai aimé qu'il y ait plus d'échanges )

Nous mangions sur le bateau , dormions tous les jours au mouillage et restions la plus part du temps sur le bateau. Nous avons dormi 1 seule fois au Port de Paros. Franck propose de temps en temps de nous déposer à terre pour pouvoir visiter les petits villages

Je garde un souvenir très positif de cette mission de par les endroits visités, de par la beauté des paysages, et la chance d'avoir pu croisé à plusieurs reprises des dauphins et une tortue

Celine est partie en Équateur (Loreto)
du 01/07/2018 au 15/07/2018 sur le projet n°2025 (Biodiversité)

Sur le déroulement des journées, j'ai tout dit au dessus.
Sur les aspects pratiques, il pleut beaucoup au Rio Bigal. La cape de pluie est indispensable (2 retours de transect de 2h30 sous la pluie!). Il fait aussi très humide, donc éviter les vêtements en coton épais qui s'humidifient au lieu de sécher.
Prévoir beaucoup de chaussettes.
Je n'avais qu'une polaire, une deuxieme aurait ete bien (il fait frais).
Prévoir une bonne lampe et beaucoup de piles pour les transects de nuit et des jumelles pour ceux de jour.

Ce à quoi je ne m'attendais pas :
1/Il fait assez sombre du fait du feuillage dense, galère pour les photos...
2/On s'habitue très vite au fait d’être entouré de nombreux insectes, plutôt grands et bruyants.
3/Les transects de nuit étaient notre moment préféré car on cherchait lentement.
4/J'ai appris à marcher dans la boue sans trop glisser ;-)






Lucie est partie en Équateur (Loreto)
du 01/07/2018 au 15/07/2018 sur le projet n°2025 (Biodiversité)

Les conditions de vie sont confortables au regard du milieu dans lequel nous sommes mais cela reste un retour à l'essentiel : pas d'électricité ni d'eau chaude, nuit sous tente, toilettes sèches, quotidien en pleine nature.
Les journées sont denses et rythmées = bonne condition physique indispensable

Meilleurs souvenirs : la rencontre avec un boa arc en ciel, les déluges en plein transect, les bruits en continu qui bercent pendant la nuit, les moments de pause en silence dans la forêt


Quelques conseils :

Le premier soir à Quito, au restaurant CHIFA : prendre un MEDIO à se partager à deux personnes. Les quantités sont astronomiques !
Il y a la possibilité de laver quelques vêtements via Nancy en milieu de séjour (juste quelques vêtements contre 2 ou 3 dollars).
Si besoin, prendre un oreiller gonflable ou un équivalent pour dormir sous la tente.
Je recommande de prendre des chaussettes hautes car plus pratique avec les bottes que l'on porte tous les jours.
Bien vérifier ce qui pourrait avoir à l'intérieur de ses bottes/chaussures avant de les mettre
Pas besoin de prendre une moustiquaire.
Prévoir une paire de chaussette par jour.

Christian est parti à  Madagascar (Antananarivo)
du 30/06/2018 au 15/07/2018 sur le projet n°1090 (Bureautique)

*Une expérience riche, inattendue et gratifiante*

La mission de formation a été menée à son terme, et les stagiaires sont satisfaits des choses apprises. Des moments solennels, gratifiants, avec les rassemblements du lundi matin, mais aussi la remise des attestations de stage, et les cadeaux de remerciement reçus qui m'ont beaucoup touché.

Comme annoncé, une vraie claque dans la figure, dès la sortie de l'aéroport, sur les conditions de vie locale, et les modes de vies.
La possibilité en fin de semaine de voir une autre facette du pays, le parc national et la forêt tropicale humide avec les lémuriens et les Indris, ce qui donne un autre regard que la grande capitale Antananarivo avec près de 3 millions d'habitants.

Les voitures, les routes, la poussière, les lavandières, les enfants, la route digue, un monde riche, foisonnant.

Les deux soirées imprévues de la 2ème semaine où des Malgaches du CDA se sont invités, et m'ont invité, au verre de l'amitié et aux grandes discussions interminables sur nos modes de vie respectifs. Très bel échange de culture à mes yeux.



*Mais une expérience matériellement difficile*

Les conditions d'hébergement, le froid la nuit, l'absence d'accès Internet pour discuter avec la famille, les (longues) soirées seul, les repas pris seuls matin, midi et soir.

La deuxième semaine a été beaucoup plus riche sur ces aspects, notamment après les deux jours passés à Andasibe, et les deux soirées imprévues. Et malgré le fait que je sois tombé malade du samedi au vendredi.

Merci également aux différentes équipes de Planète Urgence pour l'hébergement à l'hôtel du centre-ville pour les deux dernières nuits, fortement apprécié pour récupérer, se reposer et se réchauffer.

Mireille Sandra est partie au Bénin (Tanguiéta)
du 01/07/2018 au 15/07/2018 sur le projet n°1651 (Education)

Je tiens à remercier particulièrement la Fondation VINCI qui a financé la mission. Sans eux cette expérience n'aurait pas été possible. je remercie également les membres de Planète Urgence pour le travail investi qui a permis à la mission d'aboutir. Je remercie également l'ONG Actions et Développement pour leur accompagnement durant la mission à TANGUIETA.
Grâce à eux et à leur effort, l'organisation minutieuse m'a permis de me sentir à l'aise pour réaliser pleinement ma mission.

A mon arrivée, tout s'est bien déroulé, nous avons été accueillis par les représentants de Action et Développement et nous avons été raccompagnés à Tanguiéta. Je m'attendais à voir un village assez reculé, mais en fait je me suis rendue compte qu'il y avait le minimum dont on a besoin pour bien faire la mission. L'hébergement et la cuisine étaient impeccables.

Avec une autre volontaire, nous avons été menés jusqu'à l'école par le partenaire A&D et nous avons suivi un cours de démonstration qui m'a beaucoup aidé dans la suite de mes missions.
Au début j'étais un peu intimidée par le groupe d'élèves, mais une heure après je me suis sentie vraiment à l'aise pour les activités.
J'ai commencé par tester leur "niveau" grâce à une séance de présentation et un rapide test de leur connaissance et de leur vocabulaire et en fonction de cela, j'ai pu adapter le contenu des outils apportés.

Cela m'a permis d'ajuster les activités prévues. Du coup le matin, je leur apprenais des vocabulaires (animaux fruits et légumes etc.) puis autour de cela, je divisais la classe en 3 en constituant des groupes assez homogènes suivant leur niveau, puis, je posais des questions pour leur permettre de mémoriser le vocabulaire, de connaitre l'orthographe le tout dans une ambiance sympathique. (Le premier jour j'ai compté les points et les perdants en sont sortis frustrés). Du coup, lors des activités qui ont suivies, je me suis débrouillée pour qu'ils arrivent tous à égalité (car les enfants n'aiment pas perdre) et tout le monde était heureux!

J'ai passé d'excellents moments avec les élèves et j'ai notamment aimé leur apprendre les métiers d'avenir et leur laisser le temps de choisir ce qu'ils voulaient être plus tard, tout en leur expliquant l'importance des études.

Ce fut une très belle expérience que je referai sans hésiter!
Les élèves sont super adorables et toujours prêt à aider la "maîtresse" comme ils disent.
Quand j'arrivais, la classe avait été balayée et ils s'arrachaient mon sac pour pouvoir le tenir.
Ils nettoyaient le bureau et se mettaient en rang devant la classe. Après les cours commencent toujours avec une chanson et se clôturent toujours en chanson. Une atmosphère unique.

A la fin, j'ai fait une pièce théâtrale avec mes élèves sur l'histoire de Rafara, et c'était un instant unique. J'ai du inventé 2 ou trois personnage pour que tout le monde joue et il y avait un véritable talent . Puis avec les CE2 nous avons fait un mini concert de 5 chansons pour clôturer en beauté la mission.

Puis pour nous aussi, les professeurs et le directeur avaient prévus qu'on plante des arbres avec l'autre volontaire qui avait le CE2 pour laisser une trace de notre passage et un spectacle de danse d'autres élèves pour nous dire au revoir. Un instant magnifique!

A la fin de la mission ,un des élèves s'approche et me dit : Maîtresse je ne suis pas content. Et moi je lui réponds mais pourquoi? Il me dit parce que vous partez!

Mais le au revoir s'est fait dans la joie et la bonne humeur avec tous mes élèves qui je l'espèrent feront l'élite du Bénin, grâce au travail des volontaires précédents et de ceux qui vont venir après moi. Ce n'est pas le travail de 15 jours qui peur conduire à cela, mais le travail de plusieurs qui conduira à un résultat excellent!

Elisabeth est partie au Cambodge (Phnom Penh)
du 23/06/2018 au 12/07/2018 sur le projet n°2252 (Ressources Humaines)

Cela s'est très bien passé, avec un bon accueil et de riches échanges professionnels et humains. J'ai encore des relations professionnelles avec mes "clients". via LinkedIn notamment.

J’ai eu la chance de travailler étroitement avec la Head of HR nouvellement embauchée, ce qui était assez riche en termes d’échanges métiers et interculturels, j’ai eu l’opportunité de visiter des agences de Chamroeun en Province, dont une à Siem Reap… J’ai ainsi pu prendre le WE + 2 jours off sur place pour visiter la région, en particulier les temples Khmers des sites archéologiques d’Angkor et le lac Tonle Sap et ses villages lacustres.

Attention toutefois. Je n'ai pas été prise en charge les WE par l'entreprise, donc il faut savoir "se débrouiller seul" en terre inconnue, avoir l'habitude de voyager en solo, d'être autonome…. et ne pas craindre la solitude parfois !

Cathy est partie au Bénin (Tanguiéta)
du 17/06/2018 au 01/07/2018 sur le projet n°2284 (Ressources Humaines)

relationnel excellent lié à une bonne préparation du groupe
La présence d'une petite fille qui n'a pas été du tout gênante et qui est devenue la mascotte du groupe
les histoires droles et la projection des photos pour faire un coupure
la pluie qui a été au rendez vous une fois au grand regret des habitants pour les activités champêtres
la complicité du groupe et un fonctionnement en binôme avec le référent partenaire particulièrement agréable et efficace

Servane est partie en Guadeloupe (Bouillante)
du 16/06/2018 au 30/06/2018 sur le projet n°1756 (Biodiversité)

Cette mission a été incroyable, sur tous les points de vue.
Les conditions de vie :
- la maison est grande, confortable, et bien équipée : moustiquaire dans les chambres, eau chaude dans la salle de bain, équipement de cuisine, salon, terrasse, ...
- les commerces (grandes surfaces) sont à 10mn à pied pour les grosses courses et des petits commerçants sont en bas de la rue pour compléter en cas de besoin

Les conditions de travail :
- la responsable de l'asso faisait en sorte de nous laisser du temps libre après chaque activité physique ;
- si nous avions une demi-nuit ou une nuit de surveillance pour les tortues, nous n'avions pas de sortie en mer le lendemain ;
- nous avions assez de temps pour la photo-identification ;
- nous avions du temps pour nous reposer ou profiter des activités (plage + 2 jours off)

Le relationnel avec :
- les personnes de l'association : très bon >> ils ont pris le temps de répondre à mes (nombreuses) questions et à satisfaire ma curiosité à chaque fois ; ils sont passionnés et ont su développer mon envie de travailler / de m'engager davantage dans la protection de la biodiversité
- les voisins / locaux : très bon >> toutes les personnes avec lesquelles nous avons pu discuter ont été très ouvertes et n'ont pas hésité à nous donner des idées de ce que nous pouvons faire pendant nos jours off, à nous donner des recettes locales pour que nous découvrions des choses, ce qui était très agréable! Les voisons ont également été très disponibles et nous ont prêté des choses (ex : barbecue) ou donné des fruits, par pure gentillesse, ce qui était vraiment appréciable !

Nous avons eu également beaucoup de chance car nous avons vu :
- dès notre première sortie en mer : des grands dauphins, assez rares, et des péponocéphales, que l'asso n'avait pas vus depuis 2 ans ;
- de nombreux bébés dauphins ;
- des mamans cachalots allaitant leur petit ;
- une tortue monter sur la plage en plein milieu de la nuit pour faire du repérage et essayer de pondre ;
- une tortue qui pond sur une plage!

Il n'y a pas eu de "vrai" imprévu étant donné que notre planning s'adaptait aux conditions météorologiques ; mais cela fait partie du charme de la mission :)

1 Une des questions du rapport de mission demande au volontaire un "niveau de satisfaction général" sur sa mission de Congé Solidaire. A partir des réponses à cette question fermée à laquelle le volontaire peut répondre par passable, satisafaisante ou excellente, nous calculons cet indice de satisfaction.

id :

md :

cpt :