Témoignages et rapports de volontaires

Au retour de leur mission de Congé Solidaire, tous les volontaires remplissent un rapport de mission.Un indice de satisfaction des volontaires1 de 4,7/5 en 2016.

Lysiane est parti au Cameroun (Parc De Waza)
du 06/04/2006 au 24/04/2006 sur le projet n°318 (Langue)

Aucun imprévu à signaler, si ce n’est l’annulation tardive du vol intérieur Cameroun Airlines. A ce propos, je tiens très sincèrement à remercier Saleh Adam, d’une part pour la gestion parfaite de l’ensemble de la mission sur place, et d’autre part pour ce qui concerne l’organisation de notre retour vers Douala, la réservation de nos billets de train, l’assurance que Michel nous attendait à Yaoundé. Je souhaite également remercier Linus Ambassa, qui a fait le voyage en bus, et qui ne nous a laissé à la gare qu’en s’étant assuré que nous étions tous montés dans le train. Merci également à Mahamat Alhadji, conseiller pédagogique, qui a été très présent tout au long de ces deux semaines, qui nous a à la fois apporté son aide et ses précieux conseils, avec une bonne humeur constante

David est partie au Bénin (Bohicon Et Porto Novo)
du 08/04/2006 au 22/04/2006 sur le projet n°207 (Biodiversité)

- Georges s’occupe environ d’une dizaine de villages et gère en parallèle sa thèse et sa vie de famille
- Les parents attendent, suite à leur effort et préservation du zin kaka une aide direct/concrète
-le zin kaka est mieux préserver principalement grâce à l’implication de Jack qui conserve ces parcelle de forêt intact. De plus il a participé à la plantation il y a 3ans d’arbres qui font plus de 10m maintenant.
- Prudence (de son prénom ) en 6éme demande des dictionnaire pour travailler chez lui
- Les villageois n’ont pas forcément comme priorité l’eau potable car ils ont l’eau du fleuve depuis plusieurs décennies et ne font pas le rapprochement entre elle et les maladies.
- L’éducation, l’enseignement, la sensibilisation est indispensable.
- Leductaion au soin elementaire avec les moyens du bord dans les villages serait peu etre necessaire (dun village a un autre des enfants certaine plai sont recouvert et dautre pas (poussière, mouches...)
- Le gouvernement finance à 90% l’implantation de forage, aux villageois de trouver le reste pour les responsabiliser mais aussi nécessaire à l’entretien. Georges nous explique que pour certain village, les fonds pourraient être récolté mais que la motivation n’est pas là.
-L’ensemble de la population béninoise (villes et banlieues) n’est pas au faite (Georges aussi lors de son tout premier déplacement dans ces villages reculé) de la situation dans les villages… Mais bon certain en ville n’on pas forcement plus de ressources.
- La maison d acceuil de bohicon necessiterait peut etre un entretien refection simple
- le 4x4 utlisté pour cette mission est a totalment proscrire pour les missions suivantes

Mirna est partie au Burkina Faso (Ouagadougou)
du 01/04/2006 au 15/04/2006 sur le projet n°349 (Bureautique)

J ai vraiment apprécié cette mission - je suis heureuse d avoir pu transmettre un peu de mon savoir.
Les soeurs et les enfants m ont vraiment bien accueilli et de ce fait je me suis sentie en famille immédiatement.
Je reste évidemment en contact avec eux et espère sincèrement pouvoir retourner au Burkina Faso afin d être utile auprès de cette orphelinat.
J ai a coeur de pouvoir parrainer un ado - cela se fera normalement le mois prochain.

Emmanuel est parti au Zimbabwe (Dete)
du 24/03/2006 au 09/04/2006 sur le projet n°474 (Biodiversité)

Une expérience très enrichissante dans un pays plus qu'étonnant ou l'essence y est introuvable et ou le taux d'inflation atteind des sommets.
Les conditions de vie des habitants sont de fait très spéciales et assez déroutantes.
Un imprévu : la maladie qui aura décimé les 3/4 des troupes. Heureusement ce ne fut qu’un mauvais virus et non la malaria comme nous l'avons tout d'abord craint.
Un imprévu qui doit pourtant être prévu : le soleil ! Pour ne m'être pas assez protégé j'ai eu quelques douloureux coups de soleil sur les bras.

Mickael est parti en Bolivie (La Paz)
du 18/03/2006 au 02/04/2006 sur le projet n°537 (Electricité)

Mission tres eprouvante car ville en altitude et j ai eu a peu pres 4 jours d adaptation et j ai eu une double mission (electricite et telecom). Tres bon support et relationnel sur place avec tous les gens de la Maison de Bolivie. L anecdote ? Passage chez le dentiste car petite carie qui ne pouvait pas attendre. Le fait d avoir seulement 2 semaines sur place, le weekend a ete bien rempli : Los Yungas et Las Titicaca. Et tous ca en 2 jours ! Pas de repis, pas de repos meme le week end...

Carine est partie en Bolivie (La Paz)
du 14/03/2006 au 30/03/2006 sur le projet n°299 (Langue)

Hôtel très agréable dans le centre de La Paz très bien situé.
Accueil de léquipe de la maison de la Bolivie très chaleureux, très bonne petite équipe.
Accueil des étudiants très chaleureux aussi. Jétais très heureuse de rencontrer tout ce monde et jespère leur avoir apporté un peu de ce quils recherchaient en prenant des cours de Français, dans les cours mais aussi lors de nos discussions à lextérieur.
La Paz est une grande ville très agréable qui ma surprise par son dynamisme, toutes les extrêmes en termes sociaux sont présents. La nourriture y est excellente, et il ny a pas de quoi sennuyer! Quand au pays, je regrette de ne pas avoir pu en visiter plus, je devais prendre un avion pour Sucre et Potosi le dernier week-end mais malheureusement les conditions climatiques nont pas permis quil décolle... Du coup, je suis allée voir de plus près le lac Titicaca, et ce nest pas plus mal... Il faudra donc que je retourne dans le pays pour cette fois y faire du pur tourisme!

Philippe est parti à  Madagascar (Antananarivo)
du 12/03/2006 au 27/03/2006 sur le projet n°443 (Biodiversité)

Les conditions de vies sont celles d'un campement dans un endroit sans électricité ni eau courante. Ces conditions étaient prévues au départ de la mission donc pas de surprise.
Les relations avec l'ensemble des personnes que nous avons rencontrées ont été excellentes.
Les malgaches sont des personnes très gaies. Beaucoup de rires tous les soirs autour du campement.

Estelle est partie au Sénégal (Dakar)
du 11/03/2006 au 25/03/2006 sur le projet n°550 (Communication)

Ma mission na pas été facile : avec les coupures délectricité, il arrivait fréquemment que nous n ayons pas de courant toute la journée dans le quartier où je travaillais (alors quil y en avait là où je logeais) et quà peine rentrée chez moi, le courant repartait dans le quartier où je bossais .... Les entreprises qui n'avaient pas la chance d'avoir un groupe électrogène étaient au chômage technique, pas d'eau chaude ... Heureusement les gens que j'ai rencontré incarnaient la gentillesse. J'ai été accueillie comme un membre de la famille là où je logeais. Au début c'était un peu dur parceque j'étais toute seule. Du coup, je n'ai sympathisé qu'avec des Sénégalais.

1 Une des questions du rapport de mission demande au volontaire un "niveau de satisfaction général" sur sa mission de Congé Solidaire. A partir des réponses à cette question fermée à laquelle le volontaire peut répondre par passable, satisafaisante ou excellente, nous calculons cet indice de satisfaction.

id :

md :

cpt :