Témoignages et rapports de volontaires

Au retour de leur mission de Congé Solidaire, tous les volontaires remplissent un rapport de mission.Un indice de satisfaction des volontaires1 de 4,7/5 en 2016.

Lina est partie au Mali (Bamako)
du 21/11/2004 au 04/12/2004 sur le projet n°258 (Animation)

Mon retour a été très difficile car c'était un décalage fameux , il faudrait sans doute le dire aux volontaires aussi,
J'ai eu un bon contact avec toutes les personnes que j'ai rencontrées culturellement on se comprenait sans parler, on avait qq chose en commun c'est évident,
je n'oublierai pas ces personnes dans le bus si hospitalières, si aimables
je relativise tout et vois les choses autrement , l'Afrique m'a appris que ceux qui savent doivent montrer aux autres, mais qui sont ceux qui savent? l'Afrique ou moi je suis perplexe désormais

Pascale est partie au Niger (Niamey)
du 13/07/2004 au 26/07/2004 sur le projet n°146 (Organisation)

Découverte d'un panel de la population : commerçants, bourgeoisie locale, milieu coopérant, ambassade.
Avec des échanges très constructifs et très enrichissants. Très bon accueil et assistance par les coopérants rencontrés et les locaux.
Le binôme gagnant : complémentarité et très bonne entente. Facteur clé d'un super séjour.

Frédérique est partie au Mali (Bamako)
du 04/07/2004 au 18/07/2004 sur le projet n°228 (Communication)

Difficile de synthétiser en quelques lignes?sinon que?
Au Mali, le champ des possibles semble encore grand ouvert notamment si on travaille pour des associations de professionnels ou des ONG. Le sentiment d?utilité est grand et le retour est immense.
Partir en mission avec Planète Urgences, c?est accepter les conditions de vie locales et les imprévus (qui ont été pour ma part des surprises très agréables et des situations cocasses comme la rencontre d?un Ministre (imaginer cela en France relève d?un bon usage du protocole, au Mali, c?est à la bonne franquette). Cela fait partie de l?expérience.
L?essentiel à retenir, c?est d?ouvrir ses yeux, ses oreilles, son nez et surtout son c?ur ! Ensuite tout ce fait tout seul ! Les rencontres sont magiques et surprenantes. L?accueil n?est pas un vain mot. Etre volontaire, c?est faire un peu partie de la famille ! On découvre forcément le pays autrement et on repart forcément un peu différent.

Stephanie est partie au Bénin (Parc De La Pendjari)
du 22/05/2004 au 04/06/2004 sur le projet n°205 (Biodiversité)


-Le calme du Parc à peine troublé par le déplacement d’animaux (Cobe,..) peu effrayés par notre présence (c‘est 0 m de distance de fuite mais ouf le braconnage est loin !)
-Une joute aquatique entre deux hippopotames , qui se transforme en combat, à la Mare Tabiéga
-Le comble du bonheur au soleil couchant quand nous apercevons les silhouettes de cinq éléphants
-Le Grand frisson face au Roi de la Savane, par sa taille ; L’éléphant majestueux mais furieux, qui nous charge pour protéger sa progéniture !
-La soif de découvrir chaque jour de nouvelles espèces d’oiseaux de plus en plus colorés et apprêtés : Jabiru du Sénégal, Calao ,Cordon bleu, Rollier d’Abyssinie, Soui-Manga,..
-Nos réactions , presque enfantines, quand nous apercevons des animaux plus craintifs comme le buffle, le vervet (un petit singe), des éléphants (impressionnants par troupeaux de plus de 30 individus), un patas (petit singe ressemblant à un paresseux) ..le contact est quelquefois furtif..même pas le temps d’ajuster les appareils...l’empreinte est cérébrale ! ..mais nous apprenons à garder le silence pour les surprendre une autre fois, cachés dans la végétation
-Des sourires, des visages lumineux, des mains levées, des cris,.. qui ponctuent notre passage lors de la traversée des villages entourant le parc.. en quelques mots l’accueil digne et chaleureux des Béninois !
-Un début de compréhension quant à la difficulté de concilier la gestion des ressources du parc et l’avenir économique des villages
-Une goutte d’eau dans l’océan du projet MAB/Unesco du Parc de la Pendjari mais qui va nous enrichir pour toute une vie……..
Merci à tous !

Aline est partie au Mali (Mopti)
du 17/03/2002 au 01/04/2002 sur le projet n°113 (Cuisine)

1 Une des questions du rapport de mission demande au volontaire un "niveau de satisfaction général" sur sa mission de Congé Solidaire. A partir des réponses à cette question fermée à laquelle le volontaire peut répondre par passable, satisafaisante ou excellente, nous calculons cet indice de satisfaction.

id :

md :

cpt :