ENVIRONNEMENT

BIODIVERSITÉ

| n°1785 | Bénin |
| Zinvié |

CREDI-ONG

Suivi écologique des espèces d’oiseaux de la Vallée de la Sitatunga

JE POSTULE

 

Capacité d'accueil par mission :

2 VOLONTAIRES EN BINÔME

Le Centre Régional de Recherche et d'Education pour un Développement Intégré est née de la rencontre entre deux ingénieurs agronomes Martial (Directeur Exécutif) et Damien (Directeur Adjoint) en 2003.

L’ONG s’est fixée trois missions :

1/La promotion de l’aquaculture intégrée : CREDI-ONG a initié et assure la Présidence du Réseau National des Pisciculteurs du Bénin en 2008 dont l’objectif est de participer à la structuration de la filière, à la défense de ses intérêts devant l’Etat et ses partenaires techniques et financiers, et à son savoir par des travaux de recherche appliquée. De plus elle exploite une ferme aquacole où elle élève tilapia, silure et poisson d’aquarium. L’aquaculture est une alternative à la pêche : en effet elle assure la reproduction des poissons qu’elle vend ensuite.

2/ la Promotion d’une agriculture paysanne respectueuse de la nature, des Hommes et des tissus sociaux ruraux. La ferme de CREDI-ONG comprend une unité de démonstration de techniques agroécologiques en maraîchage et cultures vivrières. CREDI-ONG anime également un Club d’Initiative Agroécologique regroupant une quinzaine de producteurs. Elle occupe le Secrétariat Général de la Fédération agro écologique du Bénin. Enfin elle anime chaque année le festival de films AlimenTERRE au Bénin (festival de films documentaires consacré à la production et à l’alimentation, lancé par le Comité Français pour la Solidarité Internationale en 2007).

3/ La protection de l’environnement : CREDI ONG a créé et gère depuis 2007 la Réserve Naturelle communautaire de la Vallée du Sitatunga qui abrite plus de 600 espèces animales et végétales sur 5 000 ha de zone humide (1000 ha ont déjà le statut de réserve). La zone est inscrite au répertoire international des zones humides « RAMSAR ». CREDI ONG y accueille (gratuitement ou à titre payant) des élèves et le grand public (environ 1000 personnes par an) dans un objectif pédagogique : c’est le « musée vert ». Elle anime la Confrérie des chasseurs du territoire, un Conseil des Chefs de Villages et le Comité Territorial de Gestion de la Réserve qui regroupent des représentants des 22 villages et des 30 000 habitants de la zone et enfin les Clubs Connaître et Protéger la Nature. Elle est en charge également du suivi écologique de la Réserve.

L’ONG est animée par une équipe de 16 salariés (dont 3 femmes et 13 hommes). Elle est financée à 80 % par des subventions et à 20 % par de l’autofinancement (vente des produits de la ferme, de prestation diverses et de recettes touristiques). Ses partenaires actuels sont : le Fond Français pour l’Environnement Mondial, l’ Union internationale pour la conservation de la nature- Pays-Bas, Pain pour le Monde. Enfin, CREDI-ONG a mis en place un cadre d’échanges avec le lycée agricole de la Ricarde en Camargue.

Contribuer à l’inventaire des espèces ornithologiques de la Vallée de la Sitatunga

Il revient au Centre de réaliser le suivi écologique de la réserve de la vallée du Sitatunga. C’est le Chargé de suivi de la biodiversité qui est chargé de construire cet inventaire. Cela représente beaucoup de travail, sur un terrain aussi vaste.

L’observation ornithologique est particulièrement exigeante : 127 espèces ont été repérées. Certaines espèces n’ont pas encore été répertoriées ou identifiées avec certitude. Les prendre en photo permettra de faciliter les identifications et de créer ensuite des outils d’éducation et de sensibilsation à la biodiversité en faveur des visiteurs de la réserve . La liste des espèces sera envoyée aux volontaires : elle compte des éperviers, des spermètes, des tourterelles, des tisserins, des bergeronettes, des hirondelles, des faucons, etc.

Le Centre Régional de Recherche et d’Éducation pour un Développement Intégré (CREDI-ONG) a mené plusieurs études qui permettent d’établir une description détaillée de la vallée de Sitatunga. Le site était autrefois luxuriant et riche en biodiversité. Aujourd’hui il est fortement dégradé et les causes sont multiples : destruction des habitats naturels, augmentation de la pression de chasse, développement de l’urbanisation… La partie marécageuse de la vallée a été épargnée parce qu’impropre aux logements et activités humaines. Elle sert de refuge à certains mammifères comme le Sitatunga (Tragelaphus spekei ; animal placé sur la liste rouge des espèces en danger de l’ Union internationale pour la conservation de la nature), la loutre à joue blanche (Aonix capensis), la loutre à cou tacheté (Lutra maculicollis) ou le potto (Perodicticus potto) et de reptiles comme le Python sebae ; etc. Au total, 34 espèces de Mammifères, 127 espèces aviaires, 17 espèces de reptiles et 20 espèces de poissons ont pu être identifiées.

En ce qui concerne la flore, un total de 208 espèces végétales a été inventorié. La flore de la vallée est caractérisée par trois groupements végétaux : le groupement à Angylocalyx oligophyllus et Piptadeniastrum africanum observé dans les milieux à faible degré d’hydromorphie, le groupement à Leersia hexandra et Rhyncospora corymboza des milieux très fréquentés et le groupement à Scleria depressa et Lasiomorpha senegalensis des stations à fort degré d’hydromorphie où la profondeur de l’eau est d’au moins 1 m et peut atteindre 2 m par endroits.

Il s’agit avec les missions de compléter ces études. Le recensement permettra à CREDI
- d’appuyer sa demande de faire reconnaître la zone entière comme réserve naturelle (les 5 000 hectares)
- d’alimenter les recherches de la Convention RAMSAR sur les zones humides
- de créer une base de données
- de créer des outils d’information et de sensibilisation du public qui seront présentés dans leur « musée vert ».

Les volontaires opèrent 4 heures d’observation minimum par jour sur des sites de la Vallée sélectionnées par CREDI-ONG. Ils ont à leur disposition une fiche de terrain conçue par l’organisation pour la collecte de données ornithologique (qui leur sera présentée pendant la formation).

Les volontaires participent ensuite à l’enregistrement des fiches, au traitement des photos, et à l’identification des oiseaux.

Les données collectées sur les fiches terrains permettront d’alimenter une base de données permettant de mieux connaître la répartition et l’éthologie des populations d’oiseaux de la Réserve.

Pour plus d'informations sur les oiseaux présents au Bénin : http://www.oiseaux.net/, section "fiches" et "Afrique Benin"

ATTENTION : entre zéro et deux fois par mission, il y a une nuit d'observation (de 17h à 7h) afin d'observer des espèces en particulier comme l'engouleven. Les volontaires sont au niveau d'un observatoire qui inclut un espace pour dormir muni d’une moustiquaire.

Nom des bénéficiaires : CREDI-ONG

Lieu de mission : Zinvié

Aéroport / Lieu d'arrivée : Cotonou [cadjehoun]

Transfert sur le lieu de mission

Le/la volontaire est accueilli à l’aéroport par un représentant et chauffeur de CREDI-ONG. Si le vol arrive le soir, la première nuit se passe à Cotonou. Le transfert pour Zinvié se fait le lendemain (1h30 de trajet avec la voiture du directeur).

Condition d'hébergement et d'intendance

Le/la volontaire est logé dans une maison de village de CREDI-ONG.
Chambre partagée par le binôme des volontaires (avec moustiquaire) avec espace pour une douche au seau.
Les toilettes (de type toilette sèche) sont collectives.
Il y a un accès à l’électricité à 300 mètres du lieu d’hébergement.

Moyens mis en œuvre

La mission se passe dans la vallée de Sitatunga. Les volontaires ont à leur disposition un GPS, des jumelles. Au siège il y a un tableau papier, 1 ordinateur portable (windows 2010) et un vidéoprojecteur.

Si le/la volontaire est d'accord, il peut apporter son appareil photo. Par contre l’appareil photo n’est pas assuré par Planète Urgence.
Il/elle peut aussi prendre un trépied ou un monopod pour assurer la qualité des photos, et des jumelles.

Organisation

La mission peut avoir lieu toute l’année sauf en août et fin décembre.
Idéalement il y aura une mission par mois en binôme.
Les observations auront lieu entre 7 heures et 10h30, ou entre 16h et 18h du lundi au vendredi.
Le déplacement vers le lieu d’observation se fait à pied ou à vélo (pour les courtes distances au sein de la réserve), ou à moto (conduite par un chauffeur). Pour la moto le port du casque est obligatoire. Pour la pirogue, la présence de gilets de sauvetage est obligatoire.

Remarques

Les volontaires doivent être patients, endurants, se lever tôt, aimer marcher en pleine nature, sous le soleil (il fait chaud) et en portant le matériel photographique (attention à ce que ce ne soit pas trop lourd). Ils doivent avoir l'habitude de marcher (il y a beaucoup de marche).

Ils doivent être conscients qu'ils sont dans une zone isolée, sans électricité et que la nuit tombe tôt (entre 18h et 19h).

Le/la volontaire doit apporter des vêtements longs (pour les matins ou soirées fraîches et contre les moustiques). S'il/si elle est d'accord, il/elle peut apporter des jumelles.

Pendant la saison des pluies d'avril à novembre, le/la volontaire doit apporter des chaussures hermétiques ou des bottes, un sac étanche et un imperméable.

L'équipe de CREDIT-ONG étant en congé au mois d'août, il n'est pas possible d'organiser de mission en août.

id :

md :

cpt :