Témoignages et rapports de volontaires

Au retour de leur mission de Congé Solidaire, tous les volontaires remplissent un rapport de mission.Un indice de satisfaction des volontaires1 de 4,7/5 en 2013.

Annie est partie dans les Petites îles méditerranéennes (Mer Méditerranée, Mer Ionienne & Mer Egée)
du 14-09-2016 au 24-09-2016 sur le projet n°2023 (Faune et flore marines / pollution)

Les conditions de vie sur le bateau imposent de savoir vivre 24h sur 24 avec d'autres personnes, il faut être diplomate, arrangeant, compréhensif, tolérant... Mais on le sait et chacun y met du sien, tout se passe donc bien.

Il faut bien sûr aimer la mer et supporter de longues heures de navigation, mais cela permet de se couper vraiment de notre vie quotidienne effrénée et de vivre à un autre rythme.

La description des paysages sous-marins est facile et permet de plonger, mais elle utile car ces renseignements sur l'état des zones côtières sensibles sont à fournir aux organismes de recherche scientifique, qui ne peuvent pas les faire eux-mêmes, ils ont besoin de volontaires.

La collecte et le comptage de micro-plastiques ont été une découverte pour moi, je n'avais aucune idée de ce problème et des méthodes utilisées pour connaître l'ampleur de cette pollution. C'était très intéressant.

Nous avons aussi été tributaires des aléas de transport: grève de charter, la solution alternative a demandé une dépose dans une autre île, après une journée de navigation, puis une nuit d'attente dans l'aéroport d' Athènes, fatigant....

Patrick est parti en Inde (Dehradun)
du 21-08-2016 au 03-09-2016 sur le projet n°2035 (Sport)

Les conditions de vie étaient tout à fait correctes. Les conditions de travail peuvent être améliorées mais cela dépend évidemment des structures existantes. L'idéal ce serait d'utiliser une salle prévue à cet effet comme une salle de yoga qui nous serait allouée pendant la durée de la mission mais l'inconvénient ce serait les déplacements pour les stagiaires (repas et tea brake).
Quelques anecdotes: j'ai appris à compter en Indi , j'ai demandé des volontaires pour faire l'échauffement,. En début d'après-midi, après le déjeuner, une ou 2 fois à la place de l'échauffement, les filles ont commencé par des danses indiennes... J'ai eu l'opportunité de faire un cours de 2 heures de self défense dans une école en plein air à une quarantaine d'élèves dont les parents très pauvres habitent dans la fortêt: expérience très riche.
De plus, nous avons eu dès mon 3ème jour un relais médiatique. 3 journaux, The tribune, Garhual Post, un autre jpurnal indien ont fait paraître des articles et photos pour promouvoir la mission. Et en fin de mission 5 journaux ont parlé de la mission avec photos de remise des certificats aux stagiaires en présence du responsable de PRAGATI.


Cristina est partie en Inde (Chennai)
du 14-08-2016 au 27-08-2016 sur le projet n°2071 (Base de données)

Sophie est partie au Cameroun (Campo)
du 06-08-2016 au 21-08-2016 sur le projet n°2176 (Bureautique)

Les 15 jours se sont très bien déroulés grâce à une très bon accueil de la part du personnel du parc, à leur motivation et à un bon encadrement.
Le fait de partager les repas chez Siméon et Daniella nous ont permis de vivre des moments privilégiés.
Attention à peut être choisir une période en dehors des saisons des pluies pour effectuer la mission.
C'était le cas pour nous, mais nous avons assisté quand même à quelques épisodes pluvieux. On s'aperçoit que la pluie pourrait très vite désorganiser une mission, rendant les routes impraticables et les déplacements très compliqués (notamment l'accès aux bureaux du parc).

J'avais déjà effectué 2 missions bureautique avec planète urgence; celle ci comportait 2 nouveautés pour moi:

- Le fait de partir en binome et de pouvoir échanger sur nos expériences et la formation (en amont, lors de la préparation et sur le terrain) s'est avéré très positif
- Le fait que les bénéficiaires de la formation aient un objectif très concret et commun; qu'ils soient collègues de travail et que la formation ait lieu dans leur environnement de travail facilite grandement la formation (plus difficile de former un public héteroclite)

Charly est parti au Cameroun (Campo)
du 06-08-2016 au 21-08-2016 sur le projet n°2176 (Bureautique)

La mission a été très riche humainement, les personnes rencontrés ont été très accueillantes, et nous ont mis à l'aise très rapidement.

Pour ce qui est des cours ils se sont toujours déroulés dans une bonne ambiance avec des élèves qui ont envie d'apprendre ce qui est très agréable.

Dans notre quotidien, Siméon s'est toujours montré à l'écoute et nous a bien aidé dans le quotidien, tout comme Daniela sa femme qui nous cuisinait de délicieux mets. Ils nous ont toujours très bien reçu lorsque nous allions manger chez eux, nous avons même eu le droit à quelques chants de Daniela / notes d'orgue jouées par Siméon.

Après les cours nous allions en général bouquiner sur la plage, sous les arbres... très agréable.



Sonia est partie en Inde (Marakkanam (22 Km From Pondicherry))
du 06-08-2016 au 20-08-2016 sur le projet n°1228 (Bureautique)

Ce fût une experience très belle et très enrichissante !!

L'acceuil chez Robert est super, il prend soin du volontaire de l'arrivée à l'aéroport jusqu'au retour devant la porte de l'aéroport. La chambre est très confortable (salle de bain privative, climatisation et même le WI-FI).
Robert et sa famille ont été aux petits soins durant tout le séjour parmis eux, ce qui a été vraiment agréable !

Robert et les membres de PWC m'ont permis de visiter différents écoles et villages aux alentours, ce qui fut très enrichissant. En se rendant dans les villages où habitent certains bénéficiaires de la formation, on se rend vraiment compte de leurs conditions de vie...Malgré des conditions de vie très difficiles, les habitants de ces villages gardent le sourire et vous acceuillent avec une immense joie !

Le contact avec les bénéficiaires a été très bon. La timidité des deux premiers jours s'est très vite estompée pour faire place à une très bonne ambiance lors des cours. Le contact avec les autres membres de PWC a été très bon aussi, ce fut très agréable d'échanger avec eux et de pouvoir les accompagner dans les villages alentours . Ils ont été disponibles durant tout le long du séjour pour me faire découvrir Marakkanam et ses alentours sous tous ses aspects, ce fût génial !

Le week end, j'ai pu visiter la ville de Pondichery grâce à Robert qui m'a accompagné le Samedi matin jusqu'à l'hotel et qui est venu me récupérer le dimanche en fin de journée.

La remise des diplomes a été un moment rempli d'émotions, les élèves et les membres de PWC ont été très reconnaissants de la mission accomplie. Le discours de l'un des bénéficiaire ainsi que le cadeau qui m'est offert me confirment que la mission a été réussie pour eux , comme pour moi.




Philippe est parti au Népal (Kathmandu)
du 07-08-2016 au 20-08-2016 sur le projet n°2062 (Bureautique)

En termes de conditions de vie, je constate vite que Kathmandou est moins pauvre que ce que j'imaginais. La Guest House est assez loin du centre (20 mn en taxi). Le logement est confortable et la localisation est calme, près du stupa Bouddha. Le staff de l'hôtel est particulièrement serviable.
Le relationnel avec Dhruba, sa famille, et les apprenants est très naturel. Les filles recueillies au sein de RUWON étaient également très contentes de faire ma connaissance. Je rappelle que RUWON fonctionne comme un orphelinat, pour les filles qui ont été abandonnées par leur famille.
J'ai pu partager ma passion de la danse en donner des cours au sein de l'ONG, avec les enfants, les Samedis. Cela a été très efficace pour établir le contact! J'ai même fait des sessions de danse avec les apprenants, lors des pauses. D'ailleurs les pauses sont très importantes, pour le formateur aussi. Ne pas hésiter à les rallonger si besoin.
J'étais au départ un peu préoccupé par le groupe, son niveau et son hétérogénéité. Idem pour la logistique et le matériel. Finalement tout s'est bien passé. Je pense que l'on peut largement s'adapter aux conditions.
Il n'y a pas eu d'imprévus particuliers. Mon quotidien était facile et je me sentais vite chez moi.
Les apprenants ont été agréables et tout le monde était assez détendu et l'ambiance était à la rigolade. Nous avons travaillé dans une atmosphère idéale.
Côté pratique, le budget de la mission prévoit tous les repas. Il a été convenu au départ de la mission, lors de mon arrivée que je mangerai le midi à l'hôtel et le soir avec la famille de Dhruba. Le repas du midi étant ensuite facturé par l'hôtel, facture payée par RUWON à la fin de la mission. Cependant parfois je prenais mon déjeuner hors de l'hôtel. Ce repas est pris en compte dans le budget, alors j'ai pu demander de l'argent en cash à Dhruba. Il serait préférable que ce point soit déjà prévu par Planète Urgence et RUWON. Cela évitera d'en discuter sur place.

Claire est partie au Bénin (Tanguiéta)
du 31-07-2016 au 14-08-2016 sur le projet n°1651 (Appui éducatif et animation)

La mission s'est très bien déroulée tout d'abord grâce à l'implication de l'équipe locale : Mohamed, Bio, Rachelle, François, Daniel, David, Kassim,Camelin, Boukari, l'instituteur, Ange Ils sont à nos petits soins que ce soit pour la réalisation de la mission, ou la découverte du pays : accompagnement sur les marchés, organisation du week-end et de la journée touristique clé en main.

Mais surtout grâce à l'énergie et à l'enthousiasme des enfants qui sont volontaires, participatifs et très courageux. ( Dissipés aussi parfois : ) ). Ils ont envie d'apprendre et donnent beaucoup.

La vie à Tanguièta est très agréable à la Guest House : de très bon repas, maison et la bonne humeur règne. Les habitants de Tanguièta sont très curieux des batourés (phonétique) qui signifient blancs. Les enfants des alentours me reconnaissaient et adoraient venir me dire bonjour.

Quelques coupures de courants, suivis de coupures d'eau, mais des lampes sont à disposition ( c'est pas mal de penser à une lampe torche, ce que je n'ai pas fait) et bidons d'eau pour se doucher.

Pour l'anecdote le soir de notre première journée de cours, notre camion s'est retrouvé embourbé suite à une forte pluie, nous avons du attendre l'arrivée de 2 motos pour pouvoir rentrer à la Guest House à 20h00. Ca a été l'occasion de voir la solidarité africaine, les enfants, le village se mobilisent pour pousser le camion et aussi de faire plus amples connaissance avec les élèves, avec des jeux et des chants. Pour les 3 plus courageuses, elles sont restée avec nous à l'école jusqu'à notre départ !

1 Une des questions du rapport de mission demande au volontaire un "niveau de satisfaction général" sur sa mission de Congé Solidaire. A partir des réponses à cette question fermée à laquelle le volontaire peut répondre par passable, satisafaisante ou excellente, nous calculons cet indice de satisfaction.