Le programme Environnement & Développement, c'est quoi ?

Appuyer les organisations locales dans leur projet, concilier développement d'activités économiques et protection de l'environnement : ce sont les enjeux du programme « Environnement & Développement » mis en place depuis 2006 par Planète Urgence.

Environnement et développement sont étroitement liés. Pour les plus chanceux d'entre nous, le milieu naturel nous fournit en effet les ressources nécessaires à notre quotidien, tant sur le plan de l'alimentation, de l'énergie et de la construction que de notre cadre de vie. Néanmoins, les besoins immédiats et une gestion inappropriée entraînent souvent une surexploitation des ressources naturelles, empêchant ces dernières de se régénérer et de continuer à fournir sur le long terme des services pourtant indispensables : lutte contre l'érosion, retenue et filtration de l'eau, nourriture, bois de construction...

Adéquation des besoins et des ressources, c'est dans cette optique que Planète Urgence agit afin de soutenir des populations rurales dans la protection et l'exploitation durable de leur milieu, L'association apporte un appui technique et financier et accompagne les porteurs locaux de projet dans des pays particulièrement exposés aux dérèglements du climat. En Indonésie, en Haïti, à Madagascar et au Mali, nos équipes travaillent en partenariat avec des organisations locales à la mise en place d'activités économiquement viables, afin d'assurer aux populations des revenus pérennes et un environnement davantage préservé.

Le programme Environnement & Développement de 2006 à 2016 c'est :

  • 5 900 000 arbres plantés,
  • 15 000 familles bénéficiaires,
  • 672 partenaires mécènes.

Voir aussi :

Deux axes d'intervention

Des zones boisées protégées et restaurées

Appui à la gestion du territoire et aux activités de reboisement, développement d'activités économiques (création d'huiles essentielles, production fruitière et fourragère, aquaculture durable, etc.)... Le renforcement du lien entre les actions de plantation et la génération de ressources augmente la pérennité des arbres plantés.

Une filière « bois énergie » efficace

Espaces gérés de production de bois de chauffe, formation des charbonniers, diffusion de foyers domestiques améliorés aux familles démunies permettant jusqu'à 35% d'économies de bois de cuisson... Le bois est bien souvent la seule source d'énergie facilement accessible pour les familles rurales, aussi le développement de l'efficacité dans son utilisation est primordial et constitue un enjeu écologique autant qu'économique. Au Mali, par exemple, ce sont 12 000 foyers améliorés qui ont été diffusés.

Au total, ce sont 15 000 familles qui ont bénéficié des actions du programme Environnement & Développement et plus 4 millions d'arbres qui ont été plantés, le tout dans quatre pays : Mali, Indonésie, Haïti et Madagascar.

La partie reboisement du programme « Environnement & Développement » est intégrée à la campagne « Un milliard d'arbres » lancée par Wangari MaatHaï (prix Nobel de la paix en 2004 et fondatrice du Green Belt Movement au Kenya), géré aujourd'hui par la fondation Plant for the Planet et soutenu par le Programme des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE).

Planter un arbre : une action écologique et économique

Bien plus qu'un simple élément naturel, l'arbre est un fondement du développement humain, et l'une des bases de l'écologie, un acteur économique, écologique et social universel. Mais le travail de la FAO (rapport sur l'« Evaluation des ressources forestières mondiales 2010 »), a permis d'établir qu'entre 2000 et 2010, en moyenne 13 millions d'hectares de forêts ont disparu chaque année, converties à d'autres utilisations (principalement pour une conversion en terres agricoles) ou détruites par des causes naturelles, contre 16 millions d'hectares par an dans les années 1990. Les stratégies de reboisement et l'expansion des forêts naturelles dans certaines zones, ont en contrepartie permis d'étendre de 5,2 millions d'hectares ces forêts, ramenant la perte nette de surface à 5,2 millions d'hectares (l'équivalent du Costa Rica chaque année).

Le rôle écologique.

En plus de produire de l'oxygène, la forêt contribue au maintien des espèces animales et végétales, à la régulation du cycle de l'eau, à la protection des sols et au grand équilibre climatique. Des éléments indispensables pour pérenniser l'écosystème de notre planète et la vie des hommes.

  • Équilibre du climat et stockage du carbone : à l'échelle régionale, chaque strate d'une forêt (arbustes, canopée, herbacées...) permet de stabiliser le climat local. A l'échelle mondiale, les forêts permettent de séquestrer du carbone pour réduire la concentration de gaz à effet de serre et, ainsi, ralentissent le réchauffement climatique.
  • Protection des sols et régulation des eaux douces : la matière organique, issue de la biodégradation, aide à stabiliser la structure des sols. Un réseau de racines important associé à une couche d'humus augmente la capacité de rétention de l'eau et, ainsi, atténue les fluctuations du débit des rivières, filtre les polluants et en alimente les nappes phréatiques en eau de qualité.
  • Conservation des écosystèmes : selon certaines estimations, le nombre total d'espèce vivant sur terre se situerait entre 3 et 10 millions, dont 1,5 millions scientifiquement identifiées. Les forêts sont de véritables concentrés de biodiversité, avec 50 à 75% des espèces originaires des forêts tropicales humides. L'incertitude quant au nombre exacte de formes de vie évoluant sur terre explique l'imprécision des chiffres actuels.

Le rôle économique.

  • Le bois énergie : pour de nombreuses populations des régions tropicales, le bois et le charbon sont les uniques sources d'énergie accessibles. Plus de deux milliards de personnes dépendent de l'énergie du bois pour la cuisson des aliments et/ou le chauffage, principalement dans les pays en développement. De nos jours, le bois reste la principale source d'énergie renouvelable (équivalente à toutes les autres sources d'énergie renouvelable mises ensemble), qui assure plus de 9% des approvisionnements totaux en énergie primaire au niveau mondial (extrait Rapport FAO 2012 sur la situation des forêts du monde).
  • Le bois d'œuvre : Les produits faits à la main, principalement à partir de bois et d'autres produits forestiers, font vivre au moins 100 millions d'artisans et leurs familles, dans les communautés rurales (Scherr, White et Kaimowitz, 2004) ; l'exploitation et l'exportation du bois vers les pays développé étant également une filière économique importante.
  • Les produits non ligneux : la forêt permet également de créer de nombreux produits autres que le bois lui-même tels que des fruits, des gommes, des résines, des écorces, des essences, des colorants, du gibier, des substances médicinales... Bien avant le bois, ces secteurs de production furent les raisons qui poussèrent un commerce international très lucratif à entreprendre l'exploration des forêts tropicales.