Haïti : L'action se poursuit en faveur de l'habitat, des écoles et du développement économique

Depuis mars 2010, Planète Urgence intervient à Lamontagne de Jacmel, dans le Sud Est d’Haïti, en partenariat avec l’organisation haïtienne OPADEL (Organisation des paysans actifs pour le développement de Lamontagne). Dans le cadre de cette collaboration, plusieurs projets sont mis en œuvre :
• L’accès au logement, avec les constructions et les réparations du programme « un Toit, un Avenir ».
• Le soutien au développement économique local par le projet de construction du « CAFE » (Centre d’activités, de Formation et d’Echanges)
• Le soutien à l’éducation primaire, par le programme d’accès à l’éducation numérique « une Ecole, un Avenir »

Après un premier volet de construction de 200 logements, la phase 2 du projet « Un toit, un avenir », qui s’est achevée au 30 avril,  a permis de bâtir et de réparer 110 maisons rurales détruites par l’usure et le séisme de 2010 en introduisant en Haïti une nouvelle technique constructive mise au point par l’ONG Architecture et Développement (A&D) : la Maçonnerie en Pierres Confinées (MPC).

Croquis des 8 différentes phases de la construction d’une maison de 7x7 mètres en maçonnerie en pierres confinées (MPC). © Architecture & Développement

La participation des familles bénéficiaires à la construction de leur maison (elles réunissent les roches nécessaires à la construction et participent activement au chantier)  a été un élément fondamental de la réussite du projet. 

Marie Ange Souléman et son mari reconnaissent que cela a été difficile : « Nous étions à Port au Prince au moment du tremblement de terre. Ayant tout perdu là bas, nous avons décidé de revenir à Lamontagne d’où nous sommes originaires. Il a fallu attendre 2013 pour avoir la chance de construire notre maison avec Planète Urgence. Aujourd’hui, même si nous sommes fatigués par les mois de travail nécessaires à la construction, nous sommes très contents de vivre enfin dans notre maison. Nous avons repris une activité de petit commerce, et peu à peu, le jardin autour de la maison donne des fruits et des légumes. »

Michel Jean Baptiste est l’un des 60 artisans du projet qui travaillent  à la construction des maisons en MPC. Il explique : « J’ai appris un métier qui n’existait pas ici. Je fais maintenant partie des spécialistes qui posent les paniers métalliques dans lesquels sont posés les roches. Ces gabions servent de soubassement aux maisons. C’est finalement, une technique nouvelle pour construire des logements solides avec les matériaux d’ici. »

Ces constructions ont été réalisées grâce au financement de la Fondation Abbé Pierre et du Secours Catholique, qui va financer la réalisation d’une évaluation du mois de juin, permettant de porter un regard extérieur sur la qualité des résultats obtenus et enrichira la réflexion de Planète Urgence sur les interventions futures.

Par ailleurs, la Fondation Abbé Pierre a confirmé son financement à une 3ème phase du projet « un toit, un avenir », qui permettra la construction de 60 maisons supplémentaires, ciblant toujours les familles les plus vulnérables. Ces maisons seront construites en valorisant les techniques dites « vernaculaires » (reposant sur les savoir faire traditionnels), renforcées en terme de résistance aux cyclones et séismes. Cette approche technique permettra de compléter la variété des offres pouvant être proposées par les artisans aux villageois, de façon à pouvoir répondre à la diversité des situations (topographie, isolement de la construction ; matériaux et revenus disponibles, taille des familles). Le projet étant aujourd’hui planifié sur 27 mois à compter du mois de mai, la volonté est de rechercher des financements complémentaires permettant d’accroître à faible coût le nombre de maisons réalisées (l’essentiel des frais fixes étant déjà budgétés).

Le démarrage des activités du Centre d’Activités, de Formation et d’Échanges (CAFE)

Le Centre d'Activités, de Formation et d'Échanges de Lamontagne. © Planète Urgence

Après la construction des locaux, les activités menées au sein du CAFE ont débuté. Elles regroupent actuellement le développement de banques de semences et de café, une bibliothèque et une caisse de micro-crédit. Cette caisse est en place depuis juillet 2013, et vise à appuyer la relance économique et l’offre de formation.

L’équipe de direction du Centre, issue d’OPADEL, opère un suivi de ces activités, tandis que les paysans et leurs familles commencent à utiliser ces installations et à bénéficier des services du centre.

Pour Romuald Dominique, Directeur du CAFE, la venue de plus de 350 personnes à la journée de lancement « démontre qu’il existe une attente et un besoin. Le CAFE est à la fois le centre et le point fort des activités d’OPADEL à Lamontagne. »

«  Même si les récoltes de pois et de haricots ont été un échec cette saison à Lamontagne, avec des productions pratiquement nulles (NDLR : suite aux mauvaises conditions météorologiques), l’équipe du CAFE a pu se rendre sur les marchés de la région pour constituer les premiers stocks. Plus de 6 tonnes de semences et de café ont été achetées pour être ensuite revendues localement.

Pépinière d'Opadel où plus de 22 000 plants ont été produits durant le projet. © Planète Urgence

Quand les paysans d’ici auront besoin des semences, dans quelques semaines, ils les trouveront sans grandes difficultés sur place et à un prix intéressant. C’est un service essentiel, car bien souvent il est difficile de trouver et d’acheter des semences après une saison ratée. »

Serge et Frankie, agronome et technicien issus d’OPADEL ont organisé une journée de formation pour les producteurs de café portant sur  « La culture du café et son importance socio-économique», rassemblant 80 personnes mobilisées pour l’occasion. Pour Romuald, ces formations permettent de réfléchir aux difficultés existantes, de partager des solutions et d’engager des actions collectivement afin d’améliorer la situation des habitants de Lamontagne. 

Albè Ostagne, responsable d’une dizaine de saisonniers engagés pour vanner, trier et stocker les semences, déclare : « je suis un des paysans actifs de Lamontagne, et cet emploi est une chance pour moi. Dans le passé, pour trouver des revenus complémentaires, je passais souvent quelques mois dans les champs de canne à sucre de Saint Domingue. Participer aux activités du CAFE est important car cela montre que des activités peuvent être lancées ici au bénéfice de la population. »

Cristella Valescot, élève de terminale au lycée de Colin utilise la bibliothèque, comme 120 autres jeunes déjà inscrits. « Presque chaque jour, après l’école, je viens ici pour étudier et lire dans de bonnes conditions. Il manque encore des livres, mais déjà, de nombreux jeunes ont trouvé ici un lieu accueillant pour mieux apprendre. » 

Les cours d’initiation à l’informatique dispensés par les responsables du CAFE, eux-mêmes formés par des volontaires Planete Urgence en mission de Congé Solidaire, sont une véritable nouveauté dans cette zone éloignée de tout. La lumière solaire grâce à des panneaux solaires installés pour permettre des points d’éclairage, puisqu’aucun réseau électrique n’existant sur place,  est aussi un beau progrès.

La construction et le développement du CAFE ont été financés par la Fondation de France, la Fondation Daniel et Nina Carasso et l’entreprise BIC.  

 

Rédacteur : Nadia El Laffi

Source : Planète Urgence (France)

Date de publication : 29/01/2014