| Environnement & Développement en Haïti |

Le séisme du 12 janvier 2010 a causé des dégâts importants aux infrastructures et aux logements en Haïti, où 39 500 familles vivent toujours dans 271 camps de déplacés ou abris temporaires en 2013. La reconstruction est lente en zone rurale (notamment aux alentours de Jacmel, où 3 000 familles au minimum restent encore sans logement) et difficile d'accès pour des familles pauvres et vulnérables en l'absence de solutions de crédits formels ou informels.

Les pratiques constructives locales prennent peu en compte les risques naturels, notamment sismiques et cycloniques. Les intervenants continuent à passer par l'utilisation de matériaux importés de mauvaise qualité et mal adaptés ainsi que par l'application de mauvaises techniques de construction

Les besoins identifiés par Planète Urgence et ses partenaires locaux sont les suivants :

  • Le besoin de logements décents solides et durables pour des familles vulnérables, à travers des méthodes constructives adaptées à la fois à la capacité technique et aux ressources limitées des familles concernées ainsi qu'à la disponibilité des matériaux locaux ;
  • Le besoin d'aides ou d'interventions directes pour financer les constructions ;
  • Le besoin de formation technique pour les artisans et d'encadrement pour les familles ;
  • Le besoin d'activités génératrices de revenus ou de services favorisant les activités (microcrédit), notamment dans le cadre des chantiers de construction.

Planète Urgence intervient en Haïti depuis le séisme de 2010 pour venir en appui durable à la population haïtienne selon quatre axes :

  • L'accès à un habitat durable et décent
  • L'appui au développement économique et social local
  • Le reboisement
  • Le soutien à l'éducation

| Le projet « Un Toit, Un Avenir » - Phase III |

Dans le cadre du volet d'accès à l'habitat, Planète Urgence a mené deux projets entre 2010 et 2014, permettant la construction et la réhabilitation de 310 maisons. Ces constructions ont été accompagnées d'un renforcement des savoir-faire des artisans locaux en matière de construction et de réhabilitation, intégrant la prise en compte des évènements naturels extrêmes, autour de 2 techniques constructives : la maçonnerie chaînée (phase1) et la construction avec base en gabions (phase 2), technique innovante proposée par Architecture et Développement.

Depuis mai 2014, l'association a lancé la troisième phase du projet, qui prévoit la construction de 60 maisons utilisant des techniques traditionnelles améliorées. Ce projet est soutenu en grande partie par La Fondation Abbé Pierre.

L'objectif général du projet est de favoriser l'accès au logement des familles les plus défavorisées dans les zones rurales environnant Jacmel, Caye Jacmel, Marigot et La Vallée :

  • En soutenant la construction assistée des logements décents et durable via l'introduction et l'amélioration de techniques constructives inspirées des méthodes traditionnelles améliorées, intégrant les éléments de protection parasismiques et anticycloniques.
  • En renforçant les capacités et compétences des artisans et aux auto-constructeurs en transmettant des savoir-faire adaptés et accessibles en matière de construction durable pour pérenniser la filière.

Résultats prévus du projet :

  • 60 maisons vernaculaires sont construites et équipées d'équipements sanitaires, de récupération d'eaux pluviales et d'un point d'éclairage solaire.
  • Une unité fonctionnelle de production de chaux traditionnelle à impact environnemental restreint est créée.
  • Les savoirs faire adaptés et accessibles en matière de (re)construction durable  sont transmis aux acteurs locaux en capacité de poursuivre la mise en œuvre de nouvelles maisons de qualité.
  • Des ateliers de fabrication de préfabrication de charpente et menuiserie, sont fonctionnels et autonomes.

Les maisons seront réalisées avec un soubassement en maçonnerie, une ossature bois et un remplissage des ossatures (mélange de liant, de sable, terre et pierre pour la partie haute). Le bois utilisé sera prioritairement du bois local : à la fois pour utiliser des essences plus durables et moins fragiles que le bois importé, mais également pour des questions de prix de revient. L'impact de l'utilisation de bois local - qui se fait rare – pour ces constructions sera compensé par des programmes de reboisement (notamment de bois d'œuvre) menés par Planète Urgence dans les zones concernées.

| Le projet de reforestation |

Haïti possède une grande richesse environnementale : forêts humides de montagne, mangroves, zones marines, forêts de conifères tropicales et subtropicales, forêts de plaine.

Cependant, le pays fait face à un grave problème de déforestation. Selon la FAO, la couverture forestière a considérablement baissé ces dix dernières décennies pour atteindre un niveau de 2 à 3% du territoire recouvert de végétation. La déforestation se poursuit un rythme annuel supérieur à 5% .

Le projet de reforestation vise à accompagner le développement durable de la zone rurale de Lavial. Les activités menées ont deux objectifs :

  • la lutte contre l'érosion des mornes par la restauration de la couverture forestière de parcelles dénudées ou dégradées ;
  • l'amélioration des revenus des familles rurales par la relance d'une filière d'exploitation raisonnée du bois de construction et par la plantation d'arbres destinés à l'alimentation et à l'énergie.