26 novembre, journée des enfants des rues

L’article 27 de la convention internationale des droits de l’enfant reconnait « le droit de tout enfant à un niveau de vie suffisant pour permettre son développement physique, mental, spirituel, moral et social »… et pourtant, les Nations Unies estiment à 150 millions le nombre d’enfants définis comme enfants des rues.

Les causes peuvent être multiples : violence, drogue, alcoolisme, décès d’un parent, explosion familiale, conflit armé, catastrophe naturelle ou simple effondrement socio-économique. Mais le résultat est le même : ces jeunes se retrouvent forcés de vivoter dans la rue, fouillant les poubelles, mendiant, vendant à la sauvette dans les quartiers pauvres et les villes polluées du monde en développement.

Il existe plusieurs catégories d’enfants de la rue. Il y a ceux qui y travaillent pour obtenir leur unique source de revenu, ceux qui y passent leurs journées mais retrouvent une forme de cellule familiale le soir et ceux qui y vivent de façon permanente sans aucun soutien familial [1].

Les enfants de la rue et les enfants travailleurs vivent trop souvent dans des conditions déplorables et sont l’objet d’abus de toutes sortes. Ils sont nombreux à souffrir de maladies diverses en raison de leurs conditions de vie déplorables. Beaucoup d’ entre eux fréquentent peu ou ne fréquentent plus l’école.

Cette journée est l’occasion pour Planète Urgence de mettre en avant l’action d’un de ses partenaires, mobilisé en faveur des enfants des rues.

Focus sur l’association Qosqo Maki, partenaire de Planète Urgence au Pérou

L’association Qosqo Maki, basée à Cusco, ville du Sud-Est du Pérou, se mobilise en faveur des enfants des rues. A Cuzco, 40% des enfants et adolescents âgée de 14 à 18 ans sont déscolarisés ce qui favorise leur précarisation. Ceux-ci se retrouvent en situation de rue mais travaillent également dans différents secteurs comme les mines, la construction, des bars et discothèques, s’improvisent vendeurs ambulants, ou deviennent « cobrador » de mini bus (les « cobrador » sont chargés de faire payer les passagers dans les mini bus).

Face à la précarité et aux conditions dangereuses de travail de ces enfants, l’association tente de récolter des informations concernant les jeunes en situation de rue au Pérou. Pour ce faire, l’association a mis en place un projet de collecte des données ayant pour objectif de définir et proposer des politiques publiques au niveau municipal. Ainsi, Qosqo Maki travaille pour démontrer et exposer des faits de manière concrète et ainsi proposer des projets venant en aide aux enfants des rues.

Par ailleurs, l’association répond aux besoins des enfants des rues  en leur proposant un foyer pour la nuit mais également l’utilisation des espaces de l’association (dortoirs, bibliothèque, douche, machine à laver, espace de jeu et salle de théâtre). 

Vous êtes sensible à la question des enfants des rues et vous souhaitez vous engager auprès des partenaires de Planète Urgence qui se mobilisent quotidiennement afin d’améliorer leurs conditions, alors faites le saut !

Missions de Congé Solidaire® à pouvoir

[1] http://www.unesco.org/new/fr/social-and-human-sciences/themes/fight-against-discrimination/education-of-children-in-need/street-children/

 

Rédacteur : Aude Mouyanaga

Source : Planète Urgence (France)

Date de publication : 23/11/2017

id :

md :

cpt :